Actualisé 25.03.2008 à 19:24

Nouvelle affaire de «bébé congelé»

Un couple a été placé en garde à vue dans les Côtes d'Armor (F) après la découverte le week-end dernier du cadavre réfrigéré d'un nouveau-né dans un congélateur.

C'est la quatrième affaire de ce type mise au jour en France depuis deux ans.

Dans ce nouveau dossier, la suspecte a reconnu lors de son interrogatoire avoir accouché en juillet dernier de cet enfant, mais assuré ne plus se souvenir de ce qui s'est passé ensuite. Le corps portait des traces de strangulation.

Son mari, maréchal-ferrant, déclare de son côté qu'il a tout ignoré de la grossesse de sa femme. Les suites judiciaires de l'affaire devaient être décidées dans les prochains jours après saisine du pôle d'instruction de Saint-Brieuc, a indiqué mardi soir RTL.

Corps découvert par le grand-père

Le corps du nourrisson, qui a subi une autopsie, a été découvert fortuitement par le père d'un des conjoints. Il était venu effectuer des vérifications de routine au domicile de ses enfants partis en week-end pour Pâques.

Le bébé était une petite fille viable qui est morte à sa naissance, a déclaré à RTL le parquet de Guingamp. Le couple, marié depuis 1999, a deux autres enfants âgés de deux et cinq ans.

Plusieurs précédents

L'affaire rappelle celle des «bébés congelés» qui a mobilisé les justices sud-coréenne et française en 2006.

Véronique Courjault, 38 ans, qui a avoué à la police française avoir étranglé à leur naissance trois enfants, mis au monde clandestinement, un en France en 1999 et deux en Corée en 2002 et 2003, a été renvoyé en cour d'assises pour assassinats.

Le parquet a fait appel d'un non-lieu rendu en faveur de son mari Jean-Louis Courjault qui a toujours déclaré avoir tout ignoré des grossesses de sa femme.

Deux autres affaires du même type ont été révélées en France en 2007, en août à Albertville (Savoie), où les corps de trois nouveau- nés ont été découverts au domicile d'une femme, et en octobre à Valognes (Manche), où les cadavres de six nouveau-nés ont été retrouvés chez une autre femme. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!