Nouvelle augmentation des cas d'encéphalite à tiques en 2006
Actualisé

Nouvelle augmentation des cas d'encéphalite à tiques en 2006

Depuis deux ans, les cas d'encéphalite à tiques ont nettement augmenté en Suisse: 259 cas ont été enregistrés en 2006.

Cela équivaut à 2,6 fois la moyenne annuelle de la période 1999- 2004, a indiqué lundi l'OFSP.

Le nombre de déclarations d'encéphalite à tiques (méninge- encéphalite verno-estivale) augmente nettement depuis 2004. Après les 204 cas déclarés en 2005, une nouvelle hausse de 27 % a été constatée en 2006, selon les données disponibles actuellement.

L'augmentation est observée dans toutes les régions touchées, mais elle était la plus significative dans les cantons de Nidwald, Vaud, Fribourg, Berne et Lucerne. La zone d'endémie s'est élargie en particulier sur la rive sud du lac de Neuchâtel et dans la plaine d'Orbe (VD), précise l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Raisons pas claires

Les raisons de cette hausse ne sont pas claires. En 2005, une augmentation a aussi été enregistrée en Allemagne et en Autriche. Une tendance uniforme à la hausse ne peut cependant pas être constatée en Europe pour ces dernières années.

La Commission fédérale pour les vaccinations et l'OFSP ont révisé en mars dernier les recommandations en matière de vaccination. Le vaccin est recommandé pour tous les adultes et enfants (en général à partir de six ans) qui habitent dans une zone d'endémie ou y séjournent temporairement. Il n'est pas recommandé pour les personnes ne présentant pas de risque d'exposition.

Il convient aussi d'observer des mesures prophylactiques. Outre le virus de l'encéphalite, les tiques peuvent aussi transmettre une maladie bactérienne, la borréliose. Il est recommandé de porter des vêtements qui ferment bien, d'éviter les sous-bois, d'utiliser un répulsif efficace contre les tiques, d'examiner son corps et ses vêtements après une promenade, d'enlever rapidement les tiques, de désinfecter les piqûres et de consigner la date de la piqûre.

(ats)

Ton opinion