Actualisé 26.10.2009 à 12:05

Affaire Polanski

Nouvelle demande de mise en liberté exclue

Si Roman Polanski porte le refus de sa mise en liberté signifiée par le Tribunal pénal fédéral (TPF) devant le Tribunal fédéral, il ne pourra pas réitérer cette demande.

L'Office fédéral de la justice (OFJ) n'entrera pas en matière.

Cela correspond à la pratique courante, a indiqué lundi à l'ATS le porte-parole de l'OFJ Folco Galli: l'office n'entre pas en matière sur une nouvelle demande tant qu'aucune décision n'a été prise sur une demande précédente. L'avocat suisse de Roman Polanski, Lorenz Erni, n'a jusqu'ici pas encore annoncé la suite.

La semaine dernière, le TPF de Bellinzone a refusé la remise en liberté du cinéaste franco-polonais. Les juges estiment que le risque de fuite et la motivation sont importants.

La caution proposée sous forme du chalet que possède Roman Polanski à Gstaad (BE) a été jugé non conforme à la loi. Le réalisateur peut en revanche présenter une caution valable, sous forme par exemple d'une garantie bancaire.

Jeudi dernier, l'OFJ a reçu officiellement la demande d'extradition américaine. Il en ressort que le cinéaste encourt au maximum une peine de deux ans de prison aux Etats-Unis pour avoir eu des relations sexuelles avec une mineure. En 1977, il avait eu un rapport sexuel avec une jeune fille âgée de 13 ans.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!