Genève: Nouvelle formule pour le Passeport-Vacances
Actualisé

GenèveNouvelle formule pour le Passeport-Vacances

L'Etat confie à Pro Juventute la haute main sur ces activités estivales qui ont frôlé la disparition l'an passé.

par
Jérôme Faas
L'idée de Pro Juventute, c'est de connecter les jeunes avec les métiers.

L'idée de Pro Juventute, c'est de connecter les jeunes avec les métiers.

Keystone/Salvatore di Nolfi

C'est sans doute l'opération de la dernière chance pour le Passeport-Vacances, ce portefeuille d'activités qui a occupé des générations de jeunes Genevois en juillet et août. L'an passé, la formule avait failli disparaître: offrir des occupations de seulement quelques heures en journée, nécessitant de laisser des enfants prendre seuls les transports publics, n'était plus en phase avec l'époque. Ce jeudi, le Département de l'instruction publique a annoncé qu'il confiait à Pro Juventute les destinées du programme.

Pas visiter, mais faire

La présidente de la fondation, Sophie Buchs, explique les grandes lignes de son projet. «On veut revenir à la base de ce qu'était le Passeport-Vacances et développer les activités professionnelles. Nous avons pris contact avec la Cité des Métiers et la Fédération des entreprises romandes.» Pas question, cela dit, de proposer des visites aux participants. «Elles ne suscitent pas d'intérêt. Ce que les enfants et les adolescents aiment, c'est faire avec. Ce qui marche super bien, par exemple, c'est la tournée du camion Migros.»

Pour les 10-13 ans, Sophie Buchs explique aussi songer à des semaines au programme fixe, avec les repas de midi inclus, «car cela peut représenter un stress pour les parents qui travaillent de laisser leurs enfants seuls toute la journée». Le financement de cette nouvelle offre n'est cependant pas encore garanti, il n'est donc pas certain qu'elle puisse être proposée dès cet été.

Objectif 400 passeports

Le Passeport-Vacances se déroulera durant tout le mois de juillet, et sera vendu dès le mois de mai à un prix identique aux années précédentes, soit 60 francs les quinze jours. «L'objectif, c'est d'en écouler 400, c'est-à-dire d'augmenter la fréquentation par rapport à l'année dernière», indique Sophie Buchs.

Ton opinion