Suisse: Nouvelle hausse du chômage en septembre
Actualisé

SuisseNouvelle hausse du chômage en septembre

Le mois de septembre a vu le nombre de chômeurs augmenter de 1116 personnes.

Les chômeurs étaient plus nombreux en septembre qu'en août.

Les chômeurs étaient plus nombreux en septembre qu'en août.

Le chômage en Suisse a légèrement augmenté en septembre pour le troisième mois consécutif.

Le nombre des chômeurs s'est accru de 1116 par rapport à août pour atteindre 131'072 personnes. Le taux de chômage demeure, toutefois, inchangé à 3% de la population active.

Le taux de chômage se situe à ce niveau en gros depuis six mois, alors qu'en janvier il atteignait encore 3,4%. Il devrait y rester un temps encore dans la mesure où, malgré l'accélération attendue de la croissance économique ces prochains mois, le marché du travail marque toujours un décalage avant d'en bénéficier.

Le chômage des jeunes (15 à 24 ans), dont l'évolution est très observée, n'est pas à l'origine de l'augmentation constatée en septembre. En effet, il a même reculé par rapport à août, soit de 60 personnes (-0,3%) à 20'137, pour un taux de chômage inchangé de 3,6%, a indiqué mardi le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

Apprentissages

Le phénomène reflète le fait que de nombreux jeunes âgés entre 15 et 19 ans ont commencé un apprentissage en septembre, explique Dominique Babey, chef adjoint de la Direction du travail du SECO, contacté par l'ATS. «Ces jeunes ont d'ailleurs rencontré peu de problèmes pour trouver une place.»

Les 20-24 ans connaissent en revanche davantage de problèmes à s'insérer professionnellement une fois leur formation achevée, note encore Dominique Babey. «Il faut souvent un certain temps pour y parvenir.»

En comparaison annuelle, le nombre total des chômeurs en Suisse affiche une hausse de 8,9% ou de 10'725 personnes. Pour les jeunes, la progression atteint 3% ou 579 individus. En septembre 2012, les taux de chômage s'affichaient respectivement à 2,8% et à 3,5%.

Les chômeurs de longue durée ont pour leur part vu leurs effectifs croître de 100 le mois dernier sur un mois à 21'020. La catégorie rassemble les personnes à la recherche d'un emploi depuis plus d'une année.

L'effectif des demandeurs d'emploi a progressé de 2612 personnes à 183'741. Sur un an, la dégradation porte sur 12'874 individus ( 7,5%). Outre les chômeurs, le groupe comprend les personnes au bénéfice d'une formation ou en situation de gains intermédiaires.

Hausse dans quatre cantons

Le taux de chômage en septembre a par ailleurs augmenté dans quatre cantons romands sur six. Valais, Neuchâtel, Genève et Jura ont subi une hausse de 0,1 point par rapport à août, alors que Vaud et Fribourg évoluaient dans la stabilité.

Le canton de Genève connaît toujours le taux de chômage le plus important au niveau suisse, selon les tableaux du SECO. A 5,5% de la population active, il s'est dégradé de 0,1 point en un mois, reflétant 153 chômeurs supplémentaires pour un total de 12'867.

Le canton de Neuchâtel a dénombré 55 chômeurs en plus pour un effectif de 4602, soit un taux de 5,2%. Le canton du Jura a, lui, compté 29 chômeurs supplémentaires à 1365, pour un coefficient de 3,8%. En Valais, le SECO a enregistré 188 chômeurs en plus pour un total de 5471 à fin septembre et un taux de 3,4%.

Moins de chômeurs à Fribourg

Dans le canton de Vaud, le nombre des chômeurs a augmenté de 186 personnes à 18'492, pour un taux de chômage inchangé de 4,9%. A Fribourg, la stabilité du coefficient à 2,7% masque en fait une baisse de l'effectif de 85 individus à 4076.

Pour Berne, le taux de chômage s'est accru de 0,1 point à 2,3% de la population active, soit une hausse de 124 chômeurs à 12'276. Le coefficient le plus bas de septembre revient au demi-canton d'Obwald, avec 0,7%, en diminution de 0,1 point par rapport à août.

Le Tessin, enfin, a vu le nombre de chômeurs progresser de 126 personnes à 6780. Le canton latin présentait un taux de chômage de 4,2% (0,1 point).

Le nombre de places vacantes annoncées à fin septembre auprès des offices régionaux de placement (ORP) présente une hausse de 357 à 14'235. Le phénomène du chômage partiel, ou réductions de l'horaire de travail, apparaît pour sa part en recul notable, sur la base d'une statistique concernant juillet cette fois. (ats)

Ton opinion