Disparition de Maëlys: Nouvelle incohérence dans le témoignage du suspect
Publié

Disparition de MaëlysNouvelle incohérence dans le témoignage du suspect

N.L. a expliqué aux enquêteurs que Maëlys était entrée dans sa voiture par la portière droite. Or, la trace de son ADN a été retrouvée de l'autre côté du véhicule.

par
joc
1 / 54
27.08.2019 Selon «Le Parisien», Nordahl L. a confié à un codétenu avoir violé puis frappé à mort la petite Maëlys, en août 2017.

27.08.2019 Selon «Le Parisien», Nordahl L. a confié à un codétenu avoir violé puis frappé à mort la petite Maëlys, en août 2017.

04.06.19 Victime de menaces et de violences, la famille de Nordahl L. envisage de changer de nom.

04.06.19 Victime de menaces et de violences, la famille de Nordahl L. envisage de changer de nom.

24.05.19 Cette photo, qui selon toute vraisemblance montre Nordahl L., a été prise en 2012 dans le club qu'a fréquenté Thomas Rauschkolb le soir de sa mort, le 27 décembre 2015.

24.05.19 Cette photo, qui selon toute vraisemblance montre Nordahl L., a été prise en 2012 dans le club qu'a fréquenté Thomas Rauschkolb le soir de sa mort, le 27 décembre 2015.

Facebook

Le principal suspect dans l'affaire de la disparition de la petite Maëlys continue de clamer son innocence. L'homme, qui a «réponse à tout», semble cependant s'être emmêlé les pinceaux lors de ses déclarations faites aux enquêteurs. Le «Dauphiné Libéré» explique en effet que la trace d'ADN de la fillette a été retrouvée sur le commutateur d'éclairage de la voiture de N.L. Ce bouton se trouve à gauche du volant dans une Audi A3.

Le problème, c'est que le suspect a expliqué avoir «ouvert la porte avant passager et baissé le siège» pour que les enfants puissent se glisser sur la banquette arrière afin de voir si les chiens se trouvaient dans le coffre. «Puis il sont ressortis et tout le monde est rentré à nouveau dans la salle des fêtes», a ajouté le trentenaire. Si l'on en croit les explications du suspect, Maëlys est donc entrée dans la voiture par la portière droite. Or, le fameux bouton se trouve entre le volant et la portière gauche, du côté du conducteur. Comment l'ADN de l'enfant a-t-il donc pu se retrouver là?

Le journal régional ajoute que des gendarmes comportementalistes sont venus aider leurs collègues enquêteurs. «Leur mission est de décrypter, d'analyser la logique de certains suspects au profil psychologique complexe, de détecter certaines failles», a expliqué une source au «Dauphiné Libéré».

Pour l'heure, la fillette reste introuvable. Les recherches se sont poursuivies jeudi dans les gorges de Chailles, en Savoie.

Ton opinion