Genève: Nouvelle loi sur l'insertion des chômeurs
Actualisé

GenèveNouvelle loi sur l'insertion des chômeurs

La nouvelle loi genevoise sur l'insertion et l'aide sociale individuelle (LIASI) est entrée en vigueur mercredi.

Comme le prévoit la nouvelle loi genevoise sur l'insertion et l'aide sociale individuelle, les chômeurs en fin de droit doivent effectuer un stage d'évaluation à l'emploi et ont accès aux prestations de l'Office cantonal de l'emploi (OCE).

Adoptée par le peuple le 27 novembre dernier, la LIASI met fin revenu minimum cantonal d'aide sociale (RMCAS). Introduit dans les années 90, il servait de transition entre la fin de chômage et l'aide sociale.

La nouvelle loi se concentre sur les chômeurs longue durée, a rappelé le conseiller d'Etat François Longchamp jeudi devant la presse. Egalitaire, elle permet d'insérer plus de monde, plus vite, et dès le premier jour de l'entrée à l'aide sociale.

60 places par mois

Principale innovation, le stage obligatoire d'évaluation à l'emploi de quatre semaines. En 2012, 60 places par mois seront disponibles pour les chômeurs en fin de droit, environ 150 dès 2013, a souligné le chef du Département de l'emploi et de la solidarité.

Une vingtaine de métiers sont proposés, de l'administration au recyclage, en passant par la restauration et la mécanique. Le stage sera conduit et évalué par des professionnels. Il permettra de mettre sur pied un plan de réinsertion sociale ou professionnelle personnalisé.

Quelque 2200 personnes sont concernées. Les premiers à bénéficier du stage sont les chômeurs qui arrivent aujourd'hui en fin de droit. Les ex-RMCAS seront conviés dans un deuxième temps, en fonction des places disponibles et en commençant par les plus jeunes, a relevé le directeur de l'Hospice général Bertrand Levrat.

Nouvelles passerelles

Quand le rapport de stage estime qu'un retour dans le monde du travail est possible, la personne est suivie par l'Hospice général. Il dispose désormais de toute une palette de prestations de l'OCE, en particulier l'allocation de retour à l'emploi, les emplois de solidarité et l'allocation de formation (qui permet par exemple effectuer un apprentissage).

Si l'évaluation préconise une aide sociale, la personne pourra solliciter plus tard un nouveau stage. Elle aura accès aux prestations d'insertion de l'OCE, des passerelles qui lui étaient refusée auparavant.

Perturbations passagères

Les ex-RMCAS vont conserver le même barème financier pendant 36 mois. Pour les bénéficiaires de l'aide sociale, les montants admis pour la prise en charge des loyers ont été relevés de 200 francs. Globalement 18 millions de francs supplémentaires sont alloués à ce dispositif, a rappelé François Longchamp.

Les chiffres du chômage seront en partie perturbés jusqu'en avril. Mais la nouvelle pratique rendra les statistiques genevoises plus conformes à la réalité du marché de l'emploi.

(ats)

Ton opinion