Genève: Nouvelle mesure impopulaire contre le bruit

Actualisé

GenèveNouvelle mesure impopulaire contre le bruit

En plein débat sur les heures de fermeture des bars du centre-ville de Genève, c'est la Vogue de Veyrier, fête de village très populaire, qui pourrait être annulée à cause de plaintes pour nuisances sonores.

À 161 ans, on peut encore faire déplacer la police parce que l'on fait trop de bruit. La Vogue de Veyrier, une fête très populaire dans le canton de Genève créée en 1852, est en train de l'apprendre à ses dépens. La mairie de la petite commune rurale a reçu un courrier de l'Etat lui interdisant d'organiser le raout au centre du village, rapporte «Le Matin». En cause, les plaintes pour nuisances sonores reçues par la police.

«La configuration du territoire communal ne permet pas d'envisager un autre emplacement répondant aux besoins en infrastructures», ont répondu les autorités locales à la missive du Canton. La survie de la Vogue, qui réunit environ 20'000 personnes chaque année, est donc clairement menacée, tout comme les célébrations du 1er août.

Justice saisie?

«Nous ne laisserons pas mourir cette manifestation si populaire au nom de je ne sais quelle lubie d'un service de l'Etat», s'emporte le conseiller administratif veyrite, Thomas Barth, dans les colonnes du quotidien orange. Dans son viseur: le Service du commerce (Scom), déjà au cœur du débat sur les heures de fermeture des bars du centre de Genève, qui fait tant jaser dans le canton ces derniers jours.

Thomas Barth en appelle au Conseil d'Etat pour qu'il infléchisse la décision du Scom, sans quoi il se réserve le droit de saisir la justice. Le ministre de l'économie, Pierre-François Unger, défend la décision du Service du commerce qu'il chapeaute: «En trois ans, j'ai reçu six ou sept motions et pétitions de personnes se plaignant des nuisances sonores. Le bruit est un poison et source de stress. Dans le cas de Veyrier, un préavis négatif a été rendu car les normes n'ont pas été respectées.» (20 minutes)

Ton opinion