Soudan du Sud: Nouvelle offensive des forces gouvernementales
Actualisé

Soudan du SudNouvelle offensive des forces gouvernementales

Une opération des forces gouvernementales est en cours vers la ville de Kodok, dans le nord du pays, dénonce l'ONU mercredi.

1 / 58
Un délai de 100 jours a été accordé jeudi aux belligérants du conflit sud-soudanais - le président Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar - pour leur permettre de former un gouvernement d'union nationale. (7 novembre 2019)

Un délai de 100 jours a été accordé jeudi aux belligérants du conflit sud-soudanais - le président Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar - pour leur permettre de former un gouvernement d'union nationale. (7 novembre 2019)

AFP
L'ONU réclame que les coupables d'agressions sexuelles massives au Soudan du Sud soient poursuivis en justice. (Lundi 3 décembre 2018)

L'ONU réclame que les coupables d'agressions sexuelles massives au Soudan du Sud soient poursuivis en justice. (Lundi 3 décembre 2018)

AFP
Le président du Soudan du Sud Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar se sont rencontrés mercredi en vue de faire la paix. (20 juin 2018)

Le président du Soudan du Sud Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar se sont rencontrés mercredi en vue de faire la paix. (20 juin 2018)

Keystone

Les forces armées gouvernementales au Soudan du Sud ont lancé mercredi une nouvelle offensive dans le nord de ce pays d'Afrique ravagé par une guerre civile depuis fin 2013, provoquant un nouveau déplacement de civils, a dénoncé l'ONU.

Ce sont quelque 50'000 personnes dans la ville de Kodok dans l'Etat du Haut-Nil (nord) qui sont menacées, s'est alarmé l'émissaire de l'ONU pour le Soudan du Sud, David Shearer.

«Ces dernières semaines, le conflit s'est aggravé plutôt que de s'apaiser», a dénoncé devant la presse le diplomate, qui est également à la tête de la mission de l'ONU à Juba. Il a rapporté qu'«au moment où l'on se parle, une opération (des forces gouvernementales) est en cours sur la rive occidentale du Nil (...) vers la ville de Kodok».

Des civils sont en fuite

D'après les informations de David Shearer, des civils sont en fuite «possiblement vers la frontière du Soudan», le pays dont la partition en juillet 2011 avait donné naissance au Soudan du Sud, sous les auspices des Etats-Unis.

Ces derniers avaient appelé mardi le Conseil de sécurité des Nations unies à surmonter ses divisions afin de mettre en place un embargo sur les armes et des sanctions contre les dirigeants du Soudan du Sud, dont le président Salva Kiir, au moment où la guerre civile s'intensifie selon l'ONU.

Deux ans et demi après son indépendance, ce pays avait plongé en décembre 2013 dans une guerre civile qui a fait des dizaines de milliers de morts. Plus de 1,9 million de Sud-Soudanais sont déplacés dans leur pays et plus de 1,7 million sont réfugiés dans les pays voisins. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion