Genève: Nouvelle plainte contre la centrale du Bugey
Actualisé

GenèveNouvelle plainte contre la centrale du Bugey

Le Canton et la Ville se sont constituées partie civile contre X au sujet de la centrale nucléaire française située à 80 km à vol d'oiseau de Genève.

par
Maria Pineiro
La centrale nucléaire du Bugey est dans le viseur des autorités genevoises.

La centrale nucléaire du Bugey est dans le viseur des autorités genevoises.

Keystone/Salvatore di Nolfi

Le combat des autorités genevoises contre l'énergie atomique ne s'est jamais arrêté à la frontière. En vertu de l'article 169 de la constitution, qui ordonne une «opposition par tous les moyens» à «l'installation de centrales nucléaires (...) sur le territoire et au voisinage du canton», elles ont déposé une nouvelle plainte pénale contre X concernant la centrale nucléaire du Bugey.

«Depuis l'adoption de l'article constitutionnel anti-nucléaire en 1986, le Canton est très actif dans sa lutte contre l'atome. Plusieurs démarches administratives, civiles et judiciaires ont été menées», a confirmé Jérôme Savary, secrétaire général adjoint du Département du territoire.

Expertise récente

La dernière remontait à 2016. Une plainte avait été déposée avant d'être classée par le parquet du Tribunal de Grande instance de Paris qui avait considéré que les faits étaient insuffisamment caractérisés. «Entre temps, une expertise indépendante commandée par les autorités genevoises a démontré qu'il y avait des raisons d'agir», a détaillé Jérôme Savary.

Comme lors de précédentes démarches judiciaires, les autorités se sont adjoint les services de l'avocate Corinne Lepage, ancienne ministre française de l'environnement. Se basant sur ce nouveau document, elle a notamment fait valoir «les fragilités d'éléments essentiels de cette centrale, ses faiblesses de conception, les risques liés à son site d'implantation ou encore la multiplication des incidents».

Une des centrales les plus anciennes de France

Dans son communiqué hebdomadaire, le Conseil d'Etat indique, qu'avec la Ville, ils jugent que l'installation, située à 80 km à vol d'oiseau de Genève, «l'une des plus anciennes du parc nucléaire français», «représente un risque majeur pour la sécurité et la santé de la population ainsi que pour l'environnement».

«Les autorités espèrent que la mise en danger d'autrui cesse ou, pour le moins qu'elle soit très fortement diminuée», a conclut Jérôme Savary

Ton opinion