Marché monétaire: Nouvelle séance de baisse pour le SMI
Actualisé

Marché monétaireNouvelle séance de baisse pour le SMI

La Bourse suisse a aligné une quatrième séance de baisse d'affilée, vendredi.

(Photo d'illustration).

(Photo d'illustration).

photo: Keystone

Après avoir tenté un rebond en deux temps en début de session, le SMI a viré résolument au rouge et il a même accentué nettement ses pertes en début d'après-midi avant de regagner du terrain.

La grande échéance Eurex explique en partie cet accès de volatilité, qui a semblé pénaliser tout particulièrement les deux poids lourds pharmaceutiques Roche et Novartis. Le repli du cours du brut américain (WTI) n'est pas non plus de nature à encourager les prises de risque.

La période est en outre toujours à la digestion de la volée de décisions de politique monétaire adoptées ces derniers jours par les principaux instituts d'émission de la planète, rappelle Mirabaud.

La Fed temporise

Si la Banque centrale européenne (BCE) a sorti le grand jeu la semaine dernière pour tenter de sortir l'économie du Vieux Continent de sa léthargie, la Réserve fédérale américaine (Fed) a préféré temporiser mercredi dans son plan de normalisation et la Banque nationale suisse (BNS) n'a pas bronché jeudi.

A New York, Wall Street restait dans le vert vendredi à la mi-journée, encouragée par les marchés européens et celui du pétrole, et se préparait à effacer un catastrophique début d'année. En Suisse, une volée de seconds couteaux se sont livrés à l'exercice de présentation de leurs résultats.

En recul

Le Swiss Market Index (SMI) a terminé en recul de 0,69% à 7813,68 points, avec un plus bas du jour à 7786,02 points peu après 14h00 et un plus haut à 7878,99 points peu après 10 heures. Sur la semaine, l'indice vedette de SIX a perdu 2,3%.

Le SLI a fini vendredi en baisse de 0,50% à 1206,96 points et le SPI a perdu 0,46% à 8310,11 points. Sur les trente blue chips, vingt ont reculé, neuf avancé et Sonova a fini inchangé.

Pharma à la peine

Roche (-1,9%) et Novartis (-1,4%) ont pesé sur l'indice après avoir déjà reculé la veille. Ils sont responsables à eux deux de presque toute la baisse du SMI. La lanterne rouge a été prise par Actelion (-5,5%). Les pharma ont souffert de nouvelles déclarations d'Hillary Clinton à propos des prix exagérés des médicaments.

La volatile Transocean a perdu 4,7% pour son dernier jour de négoce au SMI, qu'elle quittera fin mars pour ne plus être cotée qu'à Wall Street. Swiss Life (-1,1%) remplace Transocean au SMI dès lundi.

Assurances en hausse

Aux assurances, Zurich a perdu 0,4% et Swiss Re 0,7%, alors que Bâloise a gagné 0,3%. Berenberg a entamé la couverture de Swiss Re à «buy2, mais voit un vent contraire au niveau des prix.

Les autres gros perdants sont Sika (-3%), Givaudan (-2,9%) et Geberit (-1,8%). HSBC a réduit la recommandation de Geberit à «hold» de «buy», estimant notamment que le potentiel de cours est limité après le récent rally haussier.

Dans le camp des gagnants, on trouve les bancaires CS ( 2,4%) et UBS ( 1,6%). Le tableau est complété avec LafargeHolcim ( 2,1%), Aryzta ( 2%) et Richemont ( 1,5%).

Sunrise bondit

Sur le marché élargi, Sunrise a gagné 6,1% après avoir annoncé l'arrivée d'un nouvel actionnaire de référence: Freenet qui s'offre d'emblée 23,8% du capital de l'opérateur de télécommunications, pour 782 millions de francs.

Interroll a bondi de 5,9% et Schweiter de 2,3% après les chiffres. Kudelski a pris 2,9% au lendemain de l'annonce d'une victoire contre Apple dans une affaire de violation de brevets en Allemagne. Gategroup a gagné 3,6% après l'annonce de l'augmentation d'une ligne de crédit.

SHL a chuté de 16% après de premiers chiffres 2015 et u-blox de 6% après ses résultats. (nxp/ats)

Bourses européennes

Les Bourses européennes, à l'exception de Londres, ont profité de la bonne orientation de Wall Street et de l'accalmie sur l'euro pour reprendre des couleurs vendredi. Les cours du brut ont également soutenu les indices boursiers, en ouvrant dans le vert à New York, profitant d'espoirs d'une stabilisation de l'offre entre grands producteurs.

Mais «il y a un manque de visibilité. Les marchés sont dans le flou et se posent de plus en plus de questions sur la faculté des banques centrales à apporter les solutions nécessaires pour lutter contre les maux économiques», estime Andréa Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

Ces dernières semaines, les nouvelles mesures de relance de la Banque centrale européenne (BCE), tout comme la prudence affichée par la Réserve fédérale américaine (Fed, concernant la remontée de ses taux), ne sont pas parvenues à rassurer pleinement le marché.

(NewsXpress)

Ton opinion