Affaire Polanski: Nouvelle tentative d'obtenir l'abandon des poursuites aux Etats-Unis
Actualisé

Affaire PolanskiNouvelle tentative d'obtenir l'abandon des poursuites aux Etats-Unis

Les avocats américains de Roman Polanski réclameront jeudi en appel l'abandon des poursuites contre le cinéaste, assigné à résidence à Gstaad (BE).

L'audience doit se dérouler à 10h00 (19h00 en Suisse) à Los Angeles, à la cour d'appel du second district de Californie.

Cet appel est une nouvelle tentative d'obtenir l'abandon des poursuites contre leur client, au motif qu'il n'aurait pas bénéficié d'une procédure pénale équitable à l'époque des faits, en 1977.

La requête avait été rejetée en première instance en mai dernier, en raison de l'absence du réalisateur à l'audience, le juge estimant qu'il ne pouvait faire valoir ses droits tant qu'il était en «fuite».

Arrêté récemment

Roman Polanski, âgé de 76 ans, s'est enfui des Etats-Unis en 1978, avant le prononcé de sa sentence pour «relations sexuelles illégales» avec une mineure de 13 ans. Il n'est jamais retourné aux Etats-Unis, mais a été arrêté en Suisse en septembre sur mandat américain, alors qu'il devait recevoir un prix au Festival du film de Zurich.

Après plus de deux mois derrière les barreaux, le cinéaste est assigné à résidence depuis vendredi dernier dans son chalet de Gstaad, dans l'attente de son éventuelle extradition aux Etats-Unis, qu'il conteste. L'Office fédéral de la justice (OFJ) doit se prononcer prochainement sur la demande d'extradition américaine.

L'audience de jeudi a été maintenue, mais son issue semble incertaine.

Suggestion évoquée

«M. Polanski veut probablement que ses avocats réclament l'abandon des charges contre lui, mais je pense que les juges seront plutôt intéressés par la possibilité de rejeter la procédure en appel elle-même, car tout a changé depuis que M. Polanski a été arrêté», a déclaré à l'AFP Jean Rosenbluth, professeur de droit à l'Université de Californie du Sud.

Les Etats-Unis ayant demandé en octobre l'extradition du cinéaste, «il y a une chance, à un moment ou un autre, que M. Polanski soit de retour aux Etats-Unis et c'est à ce moment-là qu'il sera opportun de se demander s'il y a eu ou non des irrégularités de procédure et si les poursuites devraient êre abandonnées,» souligne- t-elle encore.

Selon Mme Rosenbluth, la cour d'appel pourrait elle «réserver sa décision, ou reporter l'audience, ou rejeter l'appel et attendre que M. Polanski soit ramené aux Etats-Unis.

Sur le fond, la requête des avocats du cinéaste semble par ailleurs fragilisée par le revirement d'un témoin, filmé dans le documentaire «Roman Polanski: wanted and desired» (Roman Polanski, recherché et désiré).

Souhait par la victime

David Wells, un ancien procureur, y affirmait avoir discuté, à l'époque des faits, avec le juge chargé de l'affaire avant qu'il ne rende sa sentence et que cet homme lui avait dit que le cinéaste méritait la prison, une grave faute de procédure.

Or M. Wells a déclaré fin septembre avoir «menti» à l'auteur du documentaire.

Fin octobre, les avocats de la victime, Samantha Geimer, avaient réclamé de leur côté à la justice californienne l'abandon des poursuites à l'encontre du cinéaste, invoquant notamment le harcèlement de leur cliente par les médias. La procédure est toujours en cours.

(ats)

Ton opinion