Irak/Turquie: Nouvelles frappes aériennes contre le PKK
Actualisé

Irak/TurquieNouvelles frappes aériennes contre le PKK

La Turquie poursuit sa campagne de bombardement contre les positions du Parti des travailleurs du Kurdistan. La nuit passée, c'est dans le nord de l'Irak que l'attaque a eu lieu.

Les chasseurs turcs ont mené dans la nuit de mardi à mercredi leurs frappes les plus importantes contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le nord de l'Irak depuis le début des frappes aériennes vendredi. Ils ont frappé six objectifs.

Les F-16, qui ont décollé de la base aérienne de Diyarbakir, située dans le sud-est de la Turquie, a annoncé un responsable du gouvernement turc. «L'attaque de la nuit dernière était la plus importante depuis le début de la campagne la semaine dernière», a-t-il dit.

Ces opérations aériennes ont été conduites contre le «groupe terroriste» du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a précisé un communiqué du bureau du Premier ministre, qui cite notamment six différents endroits ciblés dans le nord de l'Irak où se trouvent les bases arrières de la guérilla kurde. «Des abris, des dépôts, des bases logistiques et des grottes servant au PKK» ont été détruits, précise le texte.

Mardi, les F-16 turcs avaient mené des frappes contre des positions du PKK dans le sud-est de la Turquie, dans la province de Sirnak qui jouxte la frontière irakienne, en représailles à une attaque contre une patrouille de la gendarmerie.

Le processus de paix n'a «plus aucun sens»

La Turquie a commencé à bombarder les camps du PKK dans le nord de l'Irak vendredi dernier. Les autorités ont présenté ces frappes comme une réponse à une série de meurtres de policiers attribués au PKK.

Mardi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a jugé impossible de poursuivre le processus de paix avec les séparatistes kurdes et appelé le Parlement à lever l'immunité des politiques liés au PKK.

Le PKK a déclaré que le processus de paix n'avait plus aucun sens après les frappes aériennes, entamées pratiquement en même temps que celles lancées contre le groupement terroriste Etat islamique en Syrie, mais il n'a pas annoncé officiellement son retrait des discussions.

Le Parlement turc doit discuter dans la journée à huis clos des opérations militaires en Irak et en Syrie, ainsi que de l'appel d'Erdogan à la levée de l'immunité. (ats)

Ton opinion