Nouvelles images sur l'abus de l'emblème du CICR en Colombie

Actualisé

Nouvelles images sur l'abus de l'emblème du CICR en Colombie

Des images inédites de la libération de la Franco- Colombienne Ingrid Betancourt ont fait leur apparition en Colombie.

Elles étayent la thèse selon laquelle l'utilisation abusive de l'emblème du CICR aurait été intentionnelle.

Les documents ont été diffusés lundi soir par la chaîne de télévision colombienne RCN. Ils remettent en question la version des événements qu'avait donnée le président colombien Alvaro Uribe.

Les images montrent notamment qu'un soldat colombien portait déjà une veste avec l'emblème du CICR avant le début effectif de l'opération, soit avant qu'il monte dans l'hélicoptère qui l'a amené dans la région tenue par les FARC.

Dans un premier temps, le gouvernement colombien avait nié toute utilisation abusive de l'emblème du CICR. Mais, à mi-juillet, le président Uribe avait finalement reconnu qu'un des soldats avait passé une telle veste en raison de "sa grande nervosité" au moment où il a vu le nombre de rebelles.

Les images diffusées lundi soir ne confirment pas cette version des faits. Le soldat en question s'est d'ailleurs laissé photographier en compagnie d'autres membres du commando de libération.

La télévision a en outre montré des images où au moins un des membres des forces colombiennes tient une arme de poing. Jusqu'à présent, l'armée avait toujours affirmé que tous les soldats ayant participé à l'action n'étaient pas armés.

Le 2 juillet, la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt et 14 autres otages détenus par la guérilla avaient été libérés par l'armée colombienne lors d'une opération audacieuse dans une zone contrôlée par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

(ats)

Ton opinion