Actualisé 02.03.2020 à 07:37

République tchèque

Nouvelles manifestations contre le Premier ministre

Les Tchèques sont descendus dans la rue pour exiger la démission d'Andrej Babis, chef du gouvernement, accusé de fraude par Bruxelles.

Les marcheurs ont chanté «Babis est un voleur» et «Honte».

Les marcheurs ont chanté «Babis est un voleur» et «Honte».

AFP

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées dimanche dans le centre de Prague pour critiquer leur Premier ministre Andrej Babis. Ils ont conspué la manière avec laquelle le riche homme d'affaires traite les institutions publiques.

Andrej Babis, qui a fait fortune en créant son groupe Agrofert, présent dans l'industrie alimentaire, la chimie et les médias, est accusé par la police de fraude aux subventions de l'UE, tandis que Bruxelles enquête sur un possible conflit d'intérêt entre ses activités d'homme politique et d'entrepreneur. Le Premier ministre rejette ces accusations, ainsi que celle d'avoir collaboré avec la police communiste.

«Nous sommes ici pour nous opposer à la fois à l'Agrofertisation de notre pays, à l'abus de pouvoir politique et à la destruction ciblée d'importantes institutions démocratiques», a déclaré Mikulas Minas, chef de l'ONG Un Million de moments pour la démocratie, organisatrice de la manifestation.

«Si cela continue, nous risquons de nous retrouver au niveau de la Hongrie et de la Pologne», a-t-il ajouté, dans une allusion aux pays voisins critiqués par Bruxelles à propos de problèmes de l'Etat de droit. Le rassemblement a été convoqué à la suite de la nomination de Stanislav Krecek, 81 ans, comme ombudsman, sur proposition du président pro-russe et pro-chinois Milos Zeman, allié de Andrej Babis.

«Babis est un voleur»

Minas critique Krecek, juriste et homme de gauche, pour avoir menti sur son grade universitaire et avoir proposé que Babis ne soit poursuivi qu'une fois son mandat à la tête du gouvernement terminé.

Les marcheurs ont chanté «Babis est un voleur» et «Honte», agitant des banderoles appelant le Premier ministre à démissionner. Un des manifestants, portant un masque hygiénique, a brandi une affiche avertissant «Attention, Babis virus».

Andrej Babis dirige un gouvernement minoritaire formé par son mouvement populiste ANO et les sociaux-démocrates, avec l'appui extérieur des communistes. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!