30.08.2020 à 06:30

TennisNadal et Federer prônent l’unité? Djokovic s’en moque!

Dans la foulée de sa victoire au Masters 1000 de Cincinnati, le No 1 mondial a annoncé le lancement de son projet: l’Association des joueurs de tennis professionnels (PTPA) est née.

Novak Djokovic n’a pas écouté les appels à l’unité de Rafael Nadal et de Roger Federer.

Novak Djokovic n’a pas écouté les appels à l’unité de Rafael Nadal et de Roger Federer.

AFP


La rivalité jusqu'en dehors des courts: ignorant les appels à «l'unité» de Rafael Nadal et Roger Federer, Novak Djokovic a annoncé samedi la création d'une nouvelle association de joueurs de tennis professionnels masculins, indépendante de l'ATP qui gère le circuit.

Nadal et Federer avaient aussitôt appelé à «l'unité, pas à la séparation» en apprenant que des joueurs emmenés par le No 1 mondial serbe pourraient annoncer la création d'une association dissidente. Mais après une réunion entre les joueurs à l'issue du Masters 1000 de Cincinnati, délocalisé à New York - où Nadal et Federer sont absents -, Djokovic a officialisé le lancement du projet, en précisant qu'il ne s'agissait «ni d'un syndicat ni d"un circuit parallèle».

«Après la réunion fructueuse d'aujourd'hui (samedi), nous sommes ravis d'annoncer la création de l'Association des joueurs de tennis professionnels (PTPA)», a-t-il écrit sur Instagram, publiant une photo de plusieurs dizaines de joueurs réunis sur un court de tennis à Flushing Meadows, où commencera l'US Open lundi.

Le Canadien Vasek Pospisil, membre ardent du Conseil des joueurs de l'ATP, une instance intégrée à l'institution, avait ouvert le feu vendredi en annonçant sa démission. «Il est devenu évident qu'en tant que membre du conseil des joueurs au sein de la structure actuelle de l'ATP, il est très difficile, sinon impossible, d'avoir la moindre influence sur quelque importante décision du circuit que ce soit, expliquait le 92e mondial.

«Rallier la majorité»

Avant de mettre en avant «la première association de joueurs de tennis depuis 1972», année de la création par des joueurs de l'Association of Tennis Professionals (ATP), qui gère seule depuis 1990 le circuit masculin, Djokovic avait simplement dit plus tôt samedi après-midi, après sa victoire au Masters 1000 aux dépens de Milos Raonic, que le projet était en gestation.

«Nous n'avons pas toutes les réponses pour le moment. Nous essayons simplement d'avoir une idée du nombre de joueurs qui veulent vraiment rejoindre cette initiative. Ensuite, nous partirons de là, avait-il déclaré. On ne se fixe pas un nombre d'adhésions minimal ou maximal» pour valider le projet, avait-il poursuivi, espérant néanmoins «rallier la majorité» des 500 meilleurs joueurs en simple et des 200 premiers en double, malmenés notamment par la crise sanitaire.

Djokovic, qui a manifestement trouvé suffisamment d'adhérents pour aller de l'avant, a estimé que la PTPA, qu'il refuse de voir assimilée à un syndicat des joueurs, et l'ATP «peuvent et devraient coexister au début».

Pas d'appel au boycott

L’ATP a cependant affirmé le contraire dans un communiqué où elle a critiqué cette initiative, avant même sa matérialisation. «Nous reconnaissons les difficultés auxquelles font face nos membres dans les circonstances actuelles, mais nous pensons fermement qu'il est temps de faire preuve d'unité, plutôt que de divisions internes», a-t-elle estimé.

Membre du conseil des joueurs, Rafael Nadal a soutenu l'ATP: «Je pense que nous vivons une période où il faut garder son calme et travailler tous ensemble dans la même direction. Il est temps de s'unir, pas de se diviser, a tweeté l'Espagnol, No 2 mondial. Nous tous, joueurs, tournois et instances dirigeantes, devons travailler ensemble.»

Un point de vue partagé par Roger Federer.: «Je suis d'accord @RafaelNadal. Ce sont des temps incertains et difficiles, mais j'estime qu'il est indispensable pour nous de rester unis en tant que joueurs, et en tant que sport, pour préparer la meilleure voie à suivre», a tweeté le Suisse, qui détient le record de victoires en Grand Chelem (20 sacres).

Djokovic a dit respecter la position de ses rivaux, mais s'est voulu ferme: «Je comprends vraiment que certains d'entre eux aient des opinions différentes et qu'ils ne pensent pas que le moment soit venu. Mais moi, je pense que le moment est venu. Légalement, nous avons tout à fait le droit de former l'association des joueurs. Ce n'est pas un syndicat. Nous n'appelons pas au boycott. Nous ne créons pas un circuit parallèle», a-t-il conclu.

(AFP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
230 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

the champion

31.08.2020 à 13:20

Les séquelles d'une évolution ratée peuvent être désastreuses.

Mélusine Enfaillite

31.08.2020 à 00:10

Donc la samedi Djokovic annonce que le projet est en "gestation", et 24 heures plus tard c'est fait. Wouah, ça à l'air d'être vachement bien ficelé son truc, avec beaucoup de sérieux et de travail on dirait... Lui, contrairement à Federer ou Nadal, on va vite l'oublier quand il prendra enfin sa retraite.

Martin Guerre

30.08.2020 à 10:17

J'espère que l'ATP aura le courage de faire ce qu'on fait dans ce cas là, virer tous les dissidents de l'ATP Tour ! Et comme ça adieu les records pour Djokovik, histoire de bien lui faire comprendre qu'il faut réfléchir avant de foutre le bordel dans une vieille institution. Regardez l'America's Cup, les américains ont voulu changer les règles après les 2 victoires d'Alinghi en introduisant les catamarans pour pouvoir les battre, et bien cette vieille institution de 150 ans a perdu aujourd'hui une bonne partie de prestige, au point de revenir, ouf, aux bateaux monocoques légendaires. Alors dehors Djokovic, dégage !