Tennis - Rome: Novak Djokovic est invincible et implacable
Actualisé

Tennis - RomeNovak Djokovic est invincible et implacable

Le Serbe a battu Roger Federer sans forcer. Le duel a tourné court car «Nole» a su profiter de chaque occasion pour se mettre à l'abri rapidement.

Novak Djokovic est pour l'heure intouchable.

Roger Federer (ATP 2) en a fait l'expérience en finale à Rome, s'inclinant 6-4 6-3 face au no 1 mondial qui a ainsi conquis son 24e trophée dans un Masters 1000.

La Ville éternelle se refuse donc toujours au Bâlois de 33 ans, qui s'est incliné pour la quatrième fois en quatre finales jouées sur la terre battue du Foro Italico. Rome demeure ainsi avec Monte-Carlo le seul tournoi estampillé Masters 1000 manquant à un palmarès qui comprend 23 sacres dans cette catégorie.

La barre des 90 millions

Roger Federer ne regrettera cependant pas d'avoir ajouté ce tournoi à son programme initial. Non pas parce qu'il a passé la barre des 90 millions de dollars de gains en carrière, mais parce qu'il a su faire oublier son élimination subie d'entrée à Madrid en battant de manière convaincante deux membres du top 10 (Tomas Berdych vendredi et Stan Wawrinka samedi).

De quoi refaire le plein de confiance à une semaine du début de Roland-Garros, où il aura certainement un coup à jouer. Même si l'homme aux 17 titres du Grand Chelem ne peut que constater que ce n'est qu'en réussissant le match parfait qu'il peut espérer faire douter un joueur de la trempe de Novak Djokovic sur terre battue.

35-2 en 2015

De la confiance, Novak Djokovic en a quant à lui à revendre. Le Serbe a fêté sa 22e victoire d'affilée et la 35e en 37 matches disputés dans une année 2015 au cours de laquelle il a conquis déjà cinq titres. Forfait la semaine dernière à Madrid, il a par ailleurs remporté les sept derniers tournois majeurs du calendrier auxquels il a pris part: cinq en Masters 1000 (Paris-Bercy 2014, Indian Wells, Miami, Monte-Carlo et Rome 2015), un en Grand Chelem (Open d'Australie 2015) ainsi que le Masters 2014.

Sacré pour la quatrième fois à Rome (après 2008, 2011 et 2014), Novak Djokovic sera donc LE favori des Internationaux de France. La pression sera cependant grande sur ses épaules, Roland-Garros étant depuis son sacre à l'US Open en 2011 le seul tournoi du Grand Chelem manquant à son palmarès. Mais ses chances de victoire seront également plus grandes que jamais, le nonuple vainqueur du tournoi Rafael Nadal tardant à trouver son meilleur niveau.

11 points gagnés à la relance...

Roger Federer n'a pas grand-chose à se reprocher à l'issue d'une finale qui n'a duré que 76'. Il n'a ainsi pas eu la moindre ouverture sur la seule balle de break - la première de ce match d'ailleurs - qu'il s'est procurée, à 4-4 dans le premier set, Novak Djokovic le poussant à la faute au terme d'un long échange. Et dans le jeu suivant, il cédait cette manche initiale sur deux retours de service remarquables réussis consécutivement par le Serbe.

Logiquement dominé lorsque l'échange se prolongeait, Roger Federer a tenu le choc grâce à un tennis d'attaque parfois flamboyant. Il effaçait ainsi magistralement la deuxième balle de break à laquelle il devait faire face dans le deuxième jeu du second set, armant un somptueux revers gagnant le long de la ligne. Il craquait cependant quelques instants plus tard dans le même jeu, offrant le break décisif à son adversaire en manquant un coup droit.

Impressionnant de régularité avec ses 19 coups gagnants et 10 fautes directes, Novak Djokovic enfonçait le clou en remportant un cinquième jeu consécutif pour mener 6-4 3-0. Le no 1 mondial conservait sans la moindre difficulté cet avantage. Il ne concédait d'ailleurs au final que 11 points sur son service, dont 7 seulement dans la deuxième manche... Il fut également impressionnant à la relance, gagnant 65% des points joués derrière la deuxième balle adverse. (20 minutes)

Ton opinion