Unia: «Novartis prêt à négocier»
Actualisé

Unia«Novartis prêt à négocier»

Le pdg de Novartis a déclaré qu'il souhaitait «garder Prangins ouvert». Unia se félicite que la grève d'avertissement porte des effets.

Novartis est prêt à discuter sérieusement afin de trouver une alternative à la fermeture du site de Prangins (VD). C'est ce qu'a constaté le syndicat Unia après avoir lu l'interview samedi de Joseph Jimenez, le patron du groupe, parue dans «Le Temps».

Le pdg de Novartis Joe Jimenez se montre ouvert à un dialogue constructif, se réjouit Unia. Suite aux pressions massives du personnel, du syndicat et des milieux politiques, la direction de Novartis a fait un premier geste, se réjouit Unia dans un communiqué diffusé samedi. Le pdg a expliqué qu'il prenait personnellement l'engagement que toutes les proposition visant à éviter la fermeture du site seraient examinées sérieusement. Or, le 15 novembre dernier, le directeur de Novartis Suisse, Armin J. Zust, déclarait encore que la décision de fermeture était définitive, poursuit Unia.

En revanche, le syndicat a appris «avec étonnement que la présence du secrétaire d'Unia était jugée indésirable», vendredi, à l'assemblée convoquée par Joseph Jimenez. Cette éviction met le partenariat social à rude épreuve, selon Unia. (ap)

Ton opinion