Pharmaceutique: Novartis sous la menace d'une enquête au Japon
Actualisé

PharmaceutiqueNovartis sous la menace d'une enquête au Japon

Le ministère japonais de la Santé va ouvrir une enquête sur la filiale locale de Novartis à la demande d'une commission interne.

Les autorités japonaises soupçonnent le géant pharmaceutique bâlois d'avoir manipulé des données cliniques sur un traitement contre l'hypertension.

«C'est une affaire grave qui pourrait nuire à l'intérêt national en remettant en cause la confiance dans les études cliniques japonaises, tant dans le pays qu'à l'étranger», explique la commission d'enquête ministérielle dans un projet de rapport publié lundi par les agences de presse Kyodo et Jiji.

Le rapport recommande au ministère de mener des investigations chez Novartis Pharma, la filiale japonaise de Novartis, pour établir s'il y a eu violation du code pharmaceutique nippon.

Plusieurs hôpitaux japonais ont cessé de proposer le Diovan, un traitement contre l'hypertension, après le retrait, par deux universités du pays, de papiers qu'elles avaient publiés sur l'efficacité du traitement pour réduire les risques d'attaques cardiaques.

Novartis a reconnu qu'un de ses anciens collaborateurs avait eu un comportement inapproprié pendant la phase d'essai. Mais le rapport du ministère estime que l'affaire engage la responsabilité de l'entreprise, et non celle d'un individu.

Après la publication de l'information, Novartis Pharma a publié un communiqué dans lequel elle présente des excuses et s'engage à coopérer avec le ministère.

Le Japon est un marché important pour Novartis, représentant environ le quart des ventes mondiales du Diovan avant le scandale. Le brevet du médicament expire à la fin de l'année dans l'archipel, ce qui permettra la vente de versions génériques. (ats)

Ton opinion