folk/soul: Nozuka, sérieux et futile à la fois
Actualisé

folk/soulNozuka, sérieux et futile à la fois

Elevé dans une famille nombreuse (il a cinq frères et sœurs) sans figure paternelle, Justin Nozuka a mûri très rapidement.

par
sim
Le Canadien reconnaît qu'il a besoin de calme pour pouvoir écrire.

Le Canadien reconnaît qu'il a besoin de calme pour pouvoir écrire.

Le Canadien a ainsi sorti son premier album, «Holly», à 19 ans. A peine trois ans plus tard, le voilà de retour avec un deuxième disque plutôt réussi: «You I Wind Land and Sea». Un titre qui résume, selon lui, les «ingrédients fondamentaux de la vie». «Je crois que le corps et l'esprit humains ont énormément de potentiel. Qu'il faut se connecter avec la nature pour pouvoir se développer», explique Nozuka. Mais l'auteur-compositeur ne mène pas pour autant une vie ascétique. Il est aussi capable de faire preuve de frivolité. D'ailleurs, c'est une remarque de sa sœur qui l'a poussé à se lancer dans la musique. «Elle trouvait que je chantais comme Christina Aguilera, rigole-t-il. J'ai pris ça comme un supercompliment. A l'époque, j'essayais de donner des effets à ma voix.»

Justin Nozuka

«You I Wind Land and Sea», distr. Musikvertrieb (sortie aujourd'hui).

Ton opinion