Actualisé 05.12.2007 à 16:57

Nucléaire iranien: l'ex directeur de l'AIEA surpris

L'ancien directeur général de l'AIEA Hans Blix est surpris par le rapport des services de renseignement américains sur le nucléaire iranien.

Il avance que les services secrets chercheraient à éviter d'endosser toute responsabilité en cas d'attaque contre Téhéran.

«Je suis surpris», a déclaré mercredi l'ex-directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à quelques journalistes en se référant à l'étude des renseignements américains affirmant que Téhéran avait arrêté son programme d'armes nucléaires.

Pendant longtemps, Washington a affirmé que l'Iran voulait acquérir l'arme nucléaire, leurs conclusions sont donc étonnantes, a indiqué M. Blix.

«Peut-être que les services secrets ne veulent pas endosser la responsabilité d'une attaque américaine en Iran comme cela a été le cas en Irak», a avancé Hans Blix.

Selon lui, cette étude exclut tout risque d'une intervention américaine en Iran «à court terme»: «une telle intervention ne serait plus crédible», a-t-il relevé. «Il faut utiliser la diplomatie, et maintenant il y a de la place pour ça», selon l'ex- directeur de l'AIEA.

En 2002 et 2003, Hans Blix avait dirigé les inspecteurs de l'ONU en Irak chargés d'enquêter sur les armes de destruction massive. Il avait accusé Washington et Londres d'avoir exagéré la menace de ce type d'armes en Irak pour justifier leur intervention militaire contre Saddam Hussein.

Quant à la question de l'existence d'armes nucléaires en Iran, Hans Blix a jugé qu'il était dans tous les cas «très difficile de le prouver». (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!