Nyon (VD): Nyon Région TV menacée de débrancher la prise
Actualisé

Nyon (VD)Nyon Région TV menacée de débrancher la prise

Un imbroglio lors du vote au Conseil intercommunal mercredi dernier met en péril l'avenir de la chaîne de télévision de la Côte.

Nyon Région Télévision a du plomb dans l'aile, après le «niet» du Conseil intercommunal à son plan de sauvetage. La Ville de Nyon (VD) entend contester ce vote, les voix qu'elle avaient déléguées n'ayant pas été prises en compte. Selon le président du Conseil, un recours est infondé.

Le plan de sauvetage de Nyon Région Télévision (NRTV) prévoyait un soutien financier de trois entités politiques. Les Villes de Nyon et de Gland, ainsi que le Conseil régional devaient apporter chacun 100'000 francs au capital-actions, ainsi qu'une participation de cinq francs par habitant (huit francs pour les deux villes).

Or, mercredi, le Conseil intercommunal du district de Nyon, l'organe délibératif du Conseil régional, a refusé ce plan de sauvetage par 38 voix contre 32. La décision a «surpris» la Municipalité de Nyon.

Lors de cette séance, elle s«était fait représenter par un conseiller communal muni d'une procuration. Mais le président du Conseil a refusé de prendre en compte les onze voix qu'elle avait déléguées et qui auraient fait basculer le vote.

Gâchis déploré

Fâchée par ce «gâchis», la Municipalité de Nyon entend examiner la possibilité de faire recours, a expliqué sa vice-présidente Fabienne Freymond-Cantone. La décision sera prise la semaine prochaine.

«Il est clair cependant qu'on ne va pas se lancer tous seuls. Le but était justement de faire une télévision régionale et non pas nyonnaise», a ajouté la municipale. Car, dans la foulée, la Ville de Gland a annoncé qu«elle retirait ses billes. Pour elle, pas question d«augmenter sa participation financière pour compenser le vote négatif du Conseil intercommunal.

Pas gagné d'avance

Ce week-end, le président du Conseil intercommunal a réagi à son tour. Eric Hermann s'est dit stupéfait de la position de l'exécutif nyonnais. «La Municipalité s'est complètement fourvoyée», a-t-il relevé. Selon les statuts du Conseil, il n«est pas possible de transférer les voix de l'exécutif à un membre du Conseil communal. La solution aurait été d'envoyer un autre municipal.

«Surtout que le vote n'était pas gagné d'avance», a ajouté Eric Hermann. L'ensemble des communes ne contestaient pas la participation au capital. Mais le versement de cinq francs par habitant chaque année passait mal dans les petites communes.

Errances soulignées

Le président déplore que l'exécutif nyonnais ne se soit pas mieux renseigné. Il estime qu'il n'a pas à assumer ses errances. Selon lui, la menace d'un éventuel recours est totalement infondée.

Fin 2014, un groupe de sauvetage de NRTV, dont fait partie entre autres le syndic de Nyon Daniel Rossellat, avait été constitué. L'opération a été rendue nécessaire après le désengagement des téléréseaux dans le soutien financier à la télévision régionale. (ats)

Ton opinion