Etats-Unis: Obama appelle à l'union sacrée pour lutter contre la crise
Actualisé

Etats-UnisObama appelle à l'union sacrée pour lutter contre la crise

Les problèmes que connaissent les Etats-Unis ne sont ni des problèmes républicains, ni des problèmes démocrates, a déclaré samedi Barack Obama.

Il a exhorté le Congrès à collaborer pleinement à l'adoption de son prochain plan de relance économique.

«Alors que nous fêtons la nouvelle année, nous savons aussi que l'Amérique fait face à des défis croissants et immenses, des défis qui menacent l'économie du pays et nos rêves d'avenir», a dit le président-élu dans son intervention hebdomadaire sur internet et à la radio.

«Pour de trop nombreuses familles, ce nouvel an apporte avec lui plus de difficultés et d'incertitude, tandis que les factures s'accumulent, que les dettes continuent de grossir et que les parents s'inquiètent de savoir si leurs enfants pourront avoir les mêmes possibilités qu'eux», a ajouté Barack Obama.

Il a confirmé qu'il s'entretiendrait lundi avec les principaux responsables démocrates et républicains du Congrès du plan de relance économique qu'il compte mettre en place après sa prise de fonction, le 20 janvier.

Conditions des républicains

Des élus républicains du Congrès ont averti leurs collègues démocrates que le projet de loi qui serait rédigé pour relancer l'économie ne devrait pas prévoir de dépenses excessives puisant dans le budget fédéral, ni être voté dans la précipitation sans examen attentif.

Le plan tel qu'il est actuellement envisagé pourrait atteindre un montant de 675 à 775 milliards de dollars. Il pourrait notamment contenir des clauses privilégiant le choix d'entreprises américaines pour les contrats publics.

Le Congrès issu des élections de novembre doit prêter serment mardi. Les démocrates, qui y seront majoritaires, veulent que le plan de relance comprenne des baisses d'impôt pour la classe moyenne ainsi que des programmes d'investissement pour les écoles, les routes et autres infrastructures.

Les Etats, qui peinent à financer les dépenses de santé des Américains les plus pauvres, devraient également recevoir des fonds fédéraux.

«Gaspillages»

Les républicains ont dit redouter des gaspillages et estimé que le plan complet pourrait atteindre un montant de 1000 milliards de dollars.

Or même si les démocrates ont augmenté leur majorité au Sénat lors des élections de novembre, ils ont toujours besoin du soutien des républicains pour voter les lois, n'ayant pu atteindre le seuil de 60 sénateurs sur 100.

Dans son intervention samedi, Barack Obama n'a fourni que peu de détails sur son projet mais a confirmé qu'il avait pour objet de créer trois millions d'emplois, dont plus de 80% dans le secteur privé.

Il a souligné que le plan de relance comporterait des investissements stratégiques qui constitueraient un «dépôt de garantie» sur l'avenir économique à long terme des Etats-Unis. (ats)

Ton opinion