Réforme de la santé: Obama est prêt au compromis
Actualisé

Réforme de la santéObama est prêt au compromis

Le président Barack Obama s'efforcera de donner aux Américains une vision beaucoup plus précise de ce que devrait être une réforme du système de santé, dans le discours à l'enjeu politique considérable qu'il prononcera mercredi, a dit la Maison Blanche mardi.

M. Obama s'exprimera mercredi soir devant les deux chambres réunies du Congrès pour pousser une réforme qui donne lieu à une bataille politique intense et dont l'échec pourrait être lourd de conséquences pour sa présidence.

L'été a vu le projet de réforme durement attaqué par ses adversaires et, alors que le Congrès a repris son travail mardi, il est tout sauf acquis que M. Obama parvienne y à rallier assez de démocrates et de républicains pour faire passer une telle réforme sur laquelle l'ex-président Bill Clinton s'est cassé les dents. M. Clinton et les démocrates l'ont payé cher politiquement.

M. Obama s'est ainsi retrouvé pressé d'intervenir dans le débat et de dire comment il envisageait la réforme, après s'être contenté d'énoncer de grands principes en laissant aux parlementaires le soin de légiférer.

Ainsi, a dit mardi son porte-parole Robert Gibbs, M. Obama entrera mercredi dans les détails de ce que devrait être la réforme comme il ne l'a jamais fait auparavant en public.

«Je pense que, quand ils ressortiront de là, les gens comprendront quelles sont ses positions sur ces grandes questions», a dit M. Gibbs à des journalistes.

M. Gibbs n'a pas dévoilé le contenu du discours, mais il a répété que M. Obama restait favorable à «l'option publique», la création d'une assurance médicale publique qui concurrencerait les assurances privées. Cette «option publique» divise profondément démocrates et républicains et semble hypothéquer l'adoption.

Les républicains y voient une tentative de prise en charge gouvernementale de la santé. Mais la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a répété que la création de cette option était essentielle.

(afp)

Ton opinion