Obama gagne le Mississippi
Actualisé

Obama gagne le Mississippi

Barack Obama a remporté mardi la primaire démocrate du Mississippi. Ce 29e succès intervient au terme d'échanges plus aigres que jamais entre son équipe et celle de sa rivale Hillary Clinton sur le thème du racisme.

Après dépouillement dans 49 % des bureaux de vote, M. Obama était crédité de 54 % des voix contre 44 % à l'ancienne Première Dame. L'unique sénateur noir des Etats-Unis doit en grande partie sa victoire dans cet Etat du Sud au soutien de la population noire, qui l'aurait soutenu à 91 %, selon un sondage de CNN.

Barack Obama a également remporté les deux tiers (67 %) du vote des jeunes de 17 à 29 ans. En revanche, 69 % des hommes blancs et 74 % des femmes blanches auraient voté Clinton, selon la chaîne de télévision Fox News, ainsi que 56 % des électeurs de 65 ans et plus, selon CNN.

«Ce que nous avons essayé de faire, c'est de garantir que dans chaque Etat nous défendions l'idée que ce pays a besoin de changement, et apparemment la population du Mississippi a répondu présent», a déclaré M. Obama dans une interview à CNN.

La Pennsylvanie en point de mire

Mme Clinton n'a pas pris la parole en public après l'annonce des premières projections mais sa directrice de campagne Maggie Williams a publié un communiqué remerciant les partisans de la sénatrice. «Maintenant, nous avons hâte de faire campagne en Pennsylvanie et dans tout le pays. La campagne continue», a-t-elle dit.

La prochaine grande étape de la course sera en effet disputée le 22 avril en Pennsylvanie, où 158 délégués sont en jeu. La primaire du Mississippi devait quant à elle permettre de répartir 33 délégués à la proportionnelle.

Un candidat doit réunir le soutien de 2025 délégués pour s'assurer l'investiture du parti lors de la convention prévue en août à Denver. Pour l'heure, Barack Obama compte 1606 délégués, contre 1484 à Mme Clinton, selon le site indépendant RealClearPolitics.

Dégradation du climat

La campagne du Mississippi a également révélé la dégradation des relations entre les deux camps. Selon le sondage de CNN, les partisans de Mme Clinton affirment à 72 % qu'ils ne seraient «pas satisfaits» si M. Obama devenait le candidat du parti, alors que 55 % des pro-Obama ne seraient «pas satisfaits» d'une victoire de la sénatrice de New York.

«J'ai fait attention à dire que Mme Clinton était quelqu'un de capable, et que si elle emportait l'investiture, je la soutiendrais- je ne suis pas sûr que l'équipe de campagne de Mme Clinton ait la même approche», a d'ailleurs déclaré M. Obama sur CNN.

Remarques racistes

Ces tensions ont encore été avivées par les commentaires raciaux sur M. Obama d'une influente partisane de Mme Clinton. «Si Obama était un blanc, il ne serait pas dans cette position», a déclaré à un journal californien Geraldine Ferraro, membre de l'équipe des financiers de Mme Clinton.

«Et s'il était une femme il ne serait pas dans cette position. Il a beaucoup de chance d'être ce qu'il est», a ajouté Mme Ferraro, qui avait été candidate démocrate à la vice-présidence en 1984.

Hillary Clinton a dit être en désaccord avec ces propos, qu'elle a qualifiés de «regrettables». Mais le camp Obama l'a accusée d'hypocrisie en refusant de sanctionner Mme Ferraro en la démettant de ses fonctions financières au sein de la campagne.

«Je ne crois pas que les propos de Geraldine Ferraro aient une quelconque place en politique, ou dans le Parti démocrate. Ils sèment la division», a ainsi déclaré M. Obama à un journal de Pennsylvanie. «Quiconque connaît l'histoire de ce pays sait qu'ils sont de toute évidence absurdes», a-t-il ajouté.

Le principal conseiller du sénateur de l'Illinois en matière de politique étrangère avait démissionné la semaine dernière après avoir dit à un journal britannique que Hillary Clinton était «un monstre».

(ats)

Ton opinion