Actualisé

SyrieObama n'a pas été prévenu des frappes sur Damas

L'administration américaine a été informée des frappes israéliennes en Syrie «après coup», a déclaré dimanche un responsable du renseignement américain.

Dans la nuit de samedi à dimanche, Israël a bombardé la Syrie pour la deuxième fois en 48 heures, menant une série de frappes aériennes sur Damas pour empêcher semble-t-il la livraison au Hezbollah, le puissant mouvement chiite libanais, de missiles fournis par l'Iran.

«Il ne serait pas étrange qu'ils prennent des mesures agressives si le risque existe que des armes sophistiquées finissent entre les mains de groupes comme le Hezbollah», a déclaré à Reuters un responsable du renseignement s'exprimant sous couvert d'anonymat.

Nouvelles frappes pas exclues

Samedi, avant le second raid, Barack Obama a souligné qu'Israël avait le droit de se protéger de livraisons d'armes au Hezbollah, allié de la Syrie et de l'Iran.

Les interventions armées d'Israël ne visent pas le régime de Bachar al Assad mais s'inscrivent plus sûrement dans son propre conflit avec l'Iran, que l'Etat hébreu accuse d'armer la puissante milice libanaise à qui il a livré une guerre éclair à l'été 2006.

Les missiles qu'aurait visés l'armée de l'air israélienne, des Fateh-110 selon une source du renseignement occidental, auraient une portée suffisante pour atteindre Tel Aviv.

Aussi l'administration américaine n'exclut-elle pas de nouvelles frappes à l'avenir, ajoute ce responsable du renseignement américain.

Ban Ki-moon «très préoccupé»

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est déclaré dimanche «très préoccupé» et a appelé au calme pour «éviter une escalade» du conflit syrien, à la suite de ces raids .

Selon le communiqué de l'ONU, le secrétaire général «appelle toutes les parties à faire preuve du maximum de calme et de retenue et à agir de manière responsable pour éviter une escalade de ce qui est déjà un conflit dévastateur et très dangereux». (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!