Sotchi 2014 - Super-G: Objectif or pour Lara Gut
Actualisé

Sotchi 2014 - Super-GObjectif or pour Lara Gut

L'heure est venue pour la Tessinoise de compléter sa collection de médailles à l'occasion du super-G, samedi.

Trois fois en argent aux championnats du monde, en bronze mercredi aux JO de Sotchi, la Tessinoise n'a plus que l'or à gagner. Et cela tombe bien, elle est l'une des grandes favorites pour le super-G de samedi (dès 8h en Suisse).

C'est même dans la peau de no 1 mondial qu'elle attaquera ce super-G. Cette saison, elle a en effet raflé trois des cinq courses disputées en Coupe du monde dans la discipline, à Beaver Creek, Lake Louise et Cortina d'Ampezo. Une discipline dans laquelle sa technique, son goût pour la vitesse et son instinct font généralement merveille.

Pour s'offrir à 22 ans une première médaille d'or, Lara Gut pourra aussi compter sur son esprit de compétition hors du commun. Quand n'importe quelle skieuse aurait exulté mercredi dernier avec une troisième place lors de la descente olympique, la skieuse de Comano avait affiché son amertume d'être passée si près du titre (à 0''10). Elle avait certes ensuite relativisé sa déception. Mais sa réaction à chaud avait bel et bien confirmé qu'elle ne se satisfaisait vraiment que de la victoire.

«Il faut me comprendre, je suis une athlète et quand je m'élance, c'est pour la gagne», avait-elle expliqué. «J'étais à 100% pour cette descente, et je vais devoir passer à 110% pour mes deux prochaines courses des Jeux (réd: super-G et mardi prochain en géant)», avait-elle ajouté.

Plus sérieuse rivale de Lara Gut cet hiver en super-G, la Liechtensteinoise Tina Weirather ne devrait pas être au départ, elle qui a été victime d'une grosse chute à l'entraînement le week-end dernier (contusion osseuse à la tête du tibia). La concurrence n'en sera pas moins relevée pour la Tessinoise avec Tina Maze (Sln), Anna Fenninger (Aut), Elisabeth Görgl (Aut), Maria Höfl-Riesch (All) ou encore Julia Mancuso (EU).

Gisin l'esprit libre

La menace pour Lara Gut viendra aussi de sa propre équipe. A commencer par Dominique Gisin. Auréolée de son titre en descente, l'Obwaldienne n'aura strictement rien à perdre. Un relâchement qui pourrait s'avérer décisif au moment d'attaquer ce super-G, discipline dans laquelle elle est montée à deux reprises sur le podium en Coupe du monde, mais il y a plus de trois ans.

Attention également à Fabienne Suter. Spécialiste du super-G, la Schwytzoise mériterait de remporter une première médaille, elle qui n'en finit plus de tourner autour du podium lors des rendez-vous majeurs avec encore une 5e place mercredi en descente. Mais pour cela, elle devra (enfin) forcer son destin et avoir la «niaque» nécessaire à une telle mission.

Quatrième Suissesse en lice, Fränzi Aufdenblatten n'avait pas rempli les critères de qualification pour disputer ce super-G, elle qui avait également perdu la sélection interne suisse face à Gisin et Suter pour la descente. Mais comme il n'y avait pas d'autre candidate pour ce super-G, la Valaisanne a été repêchée. L'occasion à 33 ans de conclure en beauté les derniers JO de sa carrière. (ats)

Ton opinion