Actualisé 16.11.2013 à 12:38

EspaceObjectif: percer le mystère climatique de Mars

La Nasa s'apprête à lancer lundi sa sonde Maven pour étudier les hautes couches atmosphériques de la planète rouge, afin de mieux comprendre pourquoi elle a perdu la quasi-totalité de son atmosphère.

La Nasa espère que la sonde Maven va les aider à comprendre pourquoi l'atmosphère de Mars s'est volatilisé.

La Nasa espère que la sonde Maven va les aider à comprendre pourquoi l'atmosphère de Mars s'est volatilisé.

Maven (Mars atmosphere and volatile evolution mission), en orbite autour de Mars, explorera la haute atmosphère et l'ionosphère ainsi que les interactions avec le Soleil et le vent solaire, ont expliqué vendredi des responsables de la mission de la Nasa, lors d'une conférence de presse. Cette sonde pesant 2,45 tonnes sera lancée à bord d'une fusée Atlas V, de la société United Launch Alliance, depuis la station de Cap Canaveral en Floride (sud est), à 18h28 GMT (13h28 locales), au début d'une fenêtre de tir de deux heures.

Les météorologues prévoient 60% de conditions favorables au moment du tir, a indiqué vendredi l'un d'eux, Clay Flinn. Mais les jours suivants, le temps sera nettement moins propice.

La sonde mettra dix mois à atteindre sa destination. Si elle est lancée le 18 novembre, elle devrait donc arriver le 22 septembre 2014. «Nous avons un ensemble d'instruments à bord qui visent vraiment à trouver les pièces manquantes du puzzle de l'histoire de Mars, a souligné David Mitchell, le chef de projet. Toutes les autres missions martiennes jusqu'à présent, avec les robots ou les orbiteurs, se concentraient sur la surface de Mars, alors que Maven est dédié à la compréhension de la haute atmosphère de la planète pendant une période d'un an, pour comprendre comment elle change», a-t-il poursuivi devant la presse.

«Maven va nous aider à comprendre l'histoire climatique de Mars, qui est en fait l'histoire de son habitabilité», avait souligné précédemment Bruce Jakosky, un planétologue de l'Université du Colorado, responsable scientifique de la mission. «La mission Maven est un pas important pour résoudre le puzzle de l'environnement passé et actuel de Mars», jugeait aussi le mois dernier John Grunsfeld, administrateur adjoint de la Nasa responsable des missions scientifiques. Mars a eu dans le passé une atmosphère plus dense, propice à la présence d'eau à sa surface. Mais lors d'un changement climatique important, la majeure partie de son atmosphère s'est échappée dans l'espace, expliquent ces scientifiques.

Un coût de 671 millions de dollars

Les mesures effectuées par Maven devraient permettre de déterminer le rôle de cette perte de composés de l'atmosphère, comme le dioxyde de carbone et l'eau, au cours du temps.

Voilà qui donnera une idée plus précise de l'histoire de l'atmosphère et du climat, de l'eau et de l'habitabilité de Mars. Après son insertion orbitale et cinq semaines de calibrage des instruments, la sonde se mettra sur une orbite elliptique de quatre heures et demie qui lui permettra des observations sous toutes les latitudes. Son altitude variera de 150 km à plus de 6000 km.

La sonde sera équipée de huit instruments scientifiques, dont un spectromètre de masse destiné à déterminer les structures moléculaires des gaz atmosphériques et le senseur SWEA (Solar Wind Electron Analyser), mis au point par l'Irap, l'Institut français de recherche en astrophysique et planétologie, qui analysera le vent solaire dans la magnétosphère de Mars. Maven est la seconde mission du programme américain Scout, de petites missions pas chères consacrées à l'exploration de Mars. Son coût s'élève à 671 millions de dollars. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!