Actualisé 15.05.2011 à 20:34

Votations cantonales ZH

Obstacles à l'assistance au suicide balayés

Les initiatives issues de milieux religieux qui visaient à limiter fortement voire interdire complètement l'aide au suicide ont été écrasées, dimanche, par les votants du canton de Zurich.

Les Zurichois ne veulent ni interdire ni limiter l'aide au suicide dans le canton. Ils ont rejeté dimanche à une nette majorité deux initiatives lancées par l'Union démocratique fédérale (UDF).

L'initiative demandant le lancement d'une initiative cantonale destinée aux Chambres fédérales et exigeant l'interdiction de l'assistance au suicide a été rejetée par 234'956 voix contre 43'165.

L'initiative «Non au tourisme de la mort» exigeant qu'une personne habite dans le canton depuis un an pour bénéficier de l'aide au suicide a été refusée par 218'602 voix contre 60'186. La participation s'est élevée à 33,6%.

La première initiative précisait que toute forme d'incitation ou d'assistance au suicide constituerait un délit pénal. La deuxième visait Dignitas, une organisation zurichoise d'aide au suicide qui accompagne dans la mort une centaine d'étrangers chaque année.

Dialecte

L'initiative «oui au dialecte au jardin d'enfants» a été acceptée par 153'633 voix contre 131'426. Soutenue par l'UDC, l'UDF et les Evangéliques, elle exige que le dialecte soit la langue parlée au jardin d'enfants.

Pour les initiants, le dialecte contribue à l'intégration. Les opposants estiment au contraire que l'initiative va affaiblir la langue écrite et provoquer des difficultés au début de l'école primaire.

La révision de la péréquation financière cantonale a été acceptée par 191'391 voix contre 68'386. Les communes les plus faibles recevront des plus riches et du canton 639 millions de francs, soit 70 millions de plus qu'aujourd'hui.

Le contre-projet des Jeunes UDC et du PLR a été rejeté par 178'841 voix contre 72'302. Il proposait de réduire la part des deux plus grandes villes du canton: Zurich aurait ainsi versé 360 millions (-52 millions) et Winterthour 65 millions (-21 millions).

Fiscalité

La réforme de la loi fiscale zurichoise a été refusée par 134'746 voix contre 130'671. Elle visait à rendre le canton plus attractif avec des réductions d'impôts pour les plus bas et les plus hauts revenus.

Le contre-projet des Vert'libéraux a été rejeté par 208'330 voix contre 50'107. Il prévoyait lui aussi des baisses d'impôts pour les bas et hauts revenus, mais moins importantes que dans le projet du gouvernement.

Le contre-projet du PS a lui aussi été refusé par 161'756 voix contre 96'664. Il ne prévoyait pas de réduction d'impôts pour les hauts revenus et proposait l'introduction de bons de garde pour les enfants.

La réforme du gouvernement aurait provoqué une baisse des recettes fiscales de 395 millions de francs. Le contre-projet des Vert'libéraux aurait réduit les recettes de 367 millions et celui du PS de 387 millions.

Assurance maladie

Les Zurichois ont accepté par 151'858 voix contre 121'920 une modification de la loi sur l'assurance maladie qui prévoit la réduction de la part cantonale au subventionnement des primes. Le canton va ainsi économiser 70 millions de francs par année.

L'initiative de la Liste Alternative a été rejetée par 166'984 voix contre 104'572. Elle exigeait que la part cantonale au subventionnement des primes soit de 15% supérieure à celle de la Confédération (384 millions). Zurich aurait dû payer 57 millions de francs de plus. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!