Votations cantonales: Obwald se prononce sur les zones pour riches
Actualisé

Votations cantonalesObwald se prononce sur les zones pour riches

Créant la polémique au printemps dernier, le projet obwaldien de «zones spéciales d'habitations» pour riches est soumis aux citoyens du canton le 29 novembre.

Après l'impôt dégressif et la «flat rate tax», les autorités entendent user de ce nouvel instrument pour attirer des contribuables aisés.

La modification de la loi sur les constructions a fait l'objet d'un référendum des Verts. Les opposants voient dans les zones réservées aux habitants riches une inégalité de traitement inacceptable.

Le PS avait fait de la résistance au Grand Conseil, en vain. Le conseiller fédéral socialiste Moritz Leuenberger en personne avait en outre mis en garde face à un projet «contournant le droit, favorisant les gens aisés et la société à deux vitesses».

Le gouvernement obwaldien s'en défend. En langage officiel, ces «zones à haute qualité d'habitation d'intérêt cantonal» sont nécessaires pour attirer des «clients intéressants et pertinents au niveau stratégique», explique-t-il. Et elles ne favorisent pas les riches, selon lui.

Concrètement, les nouveaux périmètres doivent s'intégrer dans le paysage et toucher une zone à bâtir existante pour recevoir le feu vert d'un législatif communal et du Grand Conseil. La loi modifiée sur les constructions contient en outre des mesures non contestées contre la thésaurisation des terrains à bâtir.

Stratégie confirmée

Un rejet du projet constituerait une surprise. Ces dernières années, les Obwaldiens ont soutenu la stratégie de leur gouvernement visant à attirer des contribuables aisés.

En décembre 2007, ils avaient plébiscité à 90% l'impôt à taux unique, la «flate rate tax». Ce mode d'imposition avait succédé à l'impôt dégressif, jugé contraire à la constitution par le Tribunal fédéral.

Depuis le lancement de sa nouvelle politique fiscale en 2005, Obwald a pu stopper le départ de contribuables en raison de la charge fiscale. Sa population croît désormais dans la même mesure que dans le reste de la Suisse centrale. Et le nombre d'entreprises recensées a augmenté de 57% en quatre ans. (ats)

Ton opinion