Naples: Ode poétique sur un «territoire de déchets»
Actualisé

NaplesOde poétique sur un «territoire de déchets»

Une poésie sur Naples célébrant ce «territoire de déchets» a reçu mercredi l'approbation du maire qui y voit un encouragement à poursuivre sa lutte pour le nettoyage de sa ville.

La ville de Naples est en proie à une crise des déchets depuis plusieurs années.

La ville de Naples est en proie à une crise des déchets depuis plusieurs années.

«J'aime Naples et je l'aimerais même si j'étais de Milan, de Stuttgart, d'Anvers ou de Toronto, de Palerme comme d'Addis Abeba», écrit Francesco De Filippo dans cette poésie publiée par Infinito Edizioni, dénonçant «tous ceux, et les autres, qui d'une douceur géographique ont fait un territoire de déchets».

«J'aime Naples et plus les autres la détestent plus je l'aime, moi qui n'y habite pas, qui l'ai maudite comme un amant trahi mais inévitablement amoureux», ajoute l'auteur.

Le maire de Naples, Luigi De Magistris, a vu mercredi dans ces vers «un encouragement» à poursuivre sa lutte contre les déchets qui envahissent la ville.

La police municipale a commencé le même jour à dresser des contraventions aux habitants qui jettent les ordures dans les bennes en dehors de la tranche horaire autorisée (de 17H00 à 20H00 GMT).

En dépit de la colère de certains, le lieutenant de police Gaetano Frattini, a affirmé que ses hommes «ont été félicités par des habitants et des propriétaires de magasins qui sont même intervenus en notre faveur quand une dame a déchiré l'amende que nous venions de lui remettre et nous a attaqués».

L'officier de police assure compter davantage sur «le bouche-à-oreille» que sur les amendes pour que les gens prennent l'habitude de jeter leurs ordures dans les horaires prévus.

«En quelques jours nous avons enregistré des améliorations et à l'avenir ça ira encore beaucoup mieux», a affirmé le maire. Il restait mercredi environ 1.380 tonnes d'ordures dans les rues de la ville, presqu'autant que la veille mais 1.000 tonnes de moins qu'il y a environ une semaine. (afp)

Ton opinion