Gaz chimique: Odeur de boules puantes de Rouen jusqu'à Paris

Actualisé

Gaz chimiqueOdeur de boules puantes de Rouen jusqu'à Paris

Une forte odeur de gaz de ville qui s'est répandue dans la nuit de lundi à mardi sur la région parisienne, provoquée par un dégagement gazeux dans une entreprise chimique de Rouen.

Ce nuage «non toxique» est parti lundi matin de l'entreprise Lubrizol, à Rouen, à quelque 110 km à l'ouest de Paris, à la suite d'une réaction chimique imprévue dans un bac de mercaptan. Ce gaz, aussi appelé méthanethiol, est un produit nauséabond utilisé pour «parfumer» le gaz de ville, lui-même naturellement inodore, afin de repérer les fuites et éviter les accidents.

«Actuellement un nuage de ce marquant provenant de Normandie est perceptible en région parisienne. Ce nuage (...) se dissipera naturellement en fonction des conditions météorologiques», ont expliqué les pompiers de Paris.

Dans un communiqué publié mardi matin, le ministère de l'Intérieur a assuré que le mercaptan «ne présente pas de risques pour la santé».

Mais la forte odeur de gaz poussée par le vent et perçue dans la nuit de lundi à mardi jusque dans les rues de Paris a provoqué une telle inquiétude que des centaines d'appels ont été reçus par les services de secours qui ont très vite été saturés, en Normandie comme en Ile-de France.

«Les mesures réalisées ont révélé un seuil de concentration très faible mais qui explique cependant la gêne ressentie par un grand nombre de personnes», a déclaré à l'AFP Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère.

Maux de tête

Des Parisiens inquiets ont appelé l'AFP pour se plaindre de l'odeur et de maux de tête, tandis que sur un site internet des centaines de personnes habitant Paris mais aussi les départements de l'Eure, de l'Essonne, des Yvelines, de Val-de-Marne et du Val-d'Oise, évoquaient une «odeur insupportable», «maux de tête» et «nausées».

L'entreprise Lubrizol, spécialisée dans la fabrication et le conditionnement d'additifs pour lubrifiants, carburants et peintures, a dit mardi matin avoir «bon espoir» que l'incident soit résolu dans la journée.

Selon une porte-parole de la société, des produits neutralisants ont été jetés sur le bac à mélange de mercaptan, d'une contenance d'environ 30 tonnes, dans lequel une «instabilité» chimique s'était produite lundi aux environs de 07H00 GMT.

«Tout le monde dit qu'il ne faut pas s'affoler, mais on a dit la même chose pour le nuage de Tchernobyl», a dit à l'AFP Patricia Cousteau, une mère de famille qui «s'inquiète pour ses quatre enfants».

Toutes les sources interrogées par l'AFP ont exclu que le mercaptan puisse avoir un impact sur la santé. Une source au sein des services de secours a estimé qu'«il peut y avoir quelques cas isolés d'intolérance au produit, mais on est surtout dans la réaction psychologique liée à l'odeur».

Officiellement, le méthanetiol est un produit classé comme «toxique par inhalation» et «dangereux pour l'environnement». Selon l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS), des cas d'intoxication aiguë ont été rapportés chez des travailleurs directement exposés à des émanations. A faible concentration, les manifestations éventuelles sont l'irritation des yeux, des muqueuses respiratoires et de la peau, précise l'Institut. Il s'agit de la même substance utilisée pour fabriquer des boules puantes. (afp)

Ton opinion