MMA: Oezdemir: «Ce combat, je le sentais gagné!»

Actualisé

MMAOezdemir: «Ce combat, je le sentais gagné!»

Le Suisse a été vaincu samedi soir par l'Américain Dominick Reyes, à Londres, sur décision des juges. Il avait pourtant le sentiment de mériter la victoire.

par
Robin Carrel
Londres
Le Suisse était très déçu et va sans doute demander un «re-match».

Le Suisse était très déçu et va sans doute demander un «re-match».

Keystone/Dominic Favre

29-28, 28-29, 29-29. Et le gagnant est: Dominick Reyes. Au terme d'une belle opposition de trois rounds de cinq minutes, le Fribourgeois de 29 ans a vu la main de son adversaire être levée dans le ciel de l'O2 Arena de Londres, samedi. Une décision discutable, notamment de la part du juge No 3 (voir plus bas). Mais Volkan Oezdemir a identifié ce qui lui a sans doute manqué. Interview.

Quel a été votre sentiment, au moment où l'arbitre a levé le bras de votre adversaire?

Déjà, à l'instant où les juges ont indiqué que la décision était partagée, j'ai trouvé ça un peu bizarre. Ça faisait forcément deux pour l'un et un pour l'autre... Alors quand ils ont dit le nom de Dominick Reyes en premier, je me suis dit que j'allais sortir en deuxième et au moment du troisième, j'étais certain que ce serait pour moi. Ce combat, je le sentais gagné! Pour moi, j'ai remporté le premier round et le deuxième. Au troisième, j'aurais sans doute pu produire plus... Je ne l'ai pas fait, mais je me sentais vraiment fort au niveau du cardio. C'est sans doute ça qui a fait pencher la balance aux yeux des juges.

Vous êtes vraiment parti fort dans ce combat...

Oui. Je voulais démarrer vite et me calmer pour lui montrer de quel bois je me chauffais. J'ai vu ensuite qu'il avait le nez cassé... Je me suis donc dit qu'avec le temps, ça allait le faire baisser de rythme et tout. Maintenant, je ne pense pas que c'était la meilleure des solutions et, comme il était touché, j'aurais dû accélérer encore.

Malgré sa fracture, il n'a pas baissé de pied. C'est assez impressionnant.

Ouais, il a fait un gros combat physiquement. Il le dit toujours: il s'entraîne dans le Colorado, en altitude. Ça aide. Mais mon cardio était très correct et je pense que j'aurais dû pousser le combat un peu plus fort pour pouvoir définitivement faire tomber la décision dans mon camp.

C'est ça, l'analyse à chaud?

Je suis toujours un peu dans le combat, là (ndlr: l'interview a été réalisée une vingtaine de minutes après la fin de l'affrontement). C'est compliqué à analyser pour le moment. Là, je vous parle en ayant encore le fight en tête, en le vivant encore un peu. Peut-être qu'avec une vision extérieure, on voit les choses différemment... Mais pour l'instant, c'est vraiment ça l'analyse. J'aurais dû appuyer là où ça faisait mal.

Ton opinion