Syrie: Offensive autour de Damas après un attentat nocturne

Actualisé

SyrieOffensive autour de Damas après un attentat nocturne

Les forces du régime syrien menaient vendredi une vaste offensive dans la banlieue de Damas afin d'en déloger les rebelles.

Cette opération a fait suite à un attentat nocturne à la voiture piégée qui a fait au moins onze morts dans le nord de la capitale, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

L'agence de presse officielle Sana a de son côté rapporté qu'un «attentat terroriste à la bombe» avait visé une «station d'essence près de l'hôpital Hamiche» dans le quartier de Massaken Barzé, où vit une importante communauté alaouite, la minorité religieuse dont fait partie le président Bachar al-Assad. Elle a fait état de «plusieurs morts et de nombreux blessés parmi les civils».

La Commission générale de la révolution syrienne (CGRS), un réseau de militants anti-régime, a également rapporté cette attaque à la voiture piégée. Les attentats se sont multipliés ces derniers mois à Damas et dans sa périphérie, visant en majorité des bâtiments gouvernementaux et des forces de sécurité.

Tirs nourris et bombardements

La CGRS a fait part de tirs nourris entendus lorsque les troupes du régime se sont massivement déployées dans le quartier, tandis que l'autoroute qui le traverse était coupée. L'OSDH a, lui, assuré que les forces du régime ont utilisé l'aviation et l'artillerie lourde pour bombarder plusieurs localités proches de Damas afin d'en déloger les rebelles.

De nouveaux renforts militaires ont été notamment envoyés à Daraya, une localité que l'armée tente de reprendre depuis des semaines, a précisé l'organisation, qui affirme s'appuyer sur un large réseau de militants et de médecins sur le terrain.

Mais le quotidien «Al-Watan», proche du pouvoir, a assuré que l'armée avait «remporté (jeudi) la bataille contre les terroristes à Daraya et détruit leurs derniers repaires». Elle a précisé que de nombreux membres du Front jihadiste Al-Nosra y avaient été tués et blessés, ou s'étaient rendus.

Les médias proches du pouvoir annoncent régulièrement la reprise de banlieues de Damas, où la rébellion a installé ses bases-arrière qu'elle utilise pour lancer des attaques contre la capitale.

L'ONU accusée de «partialité»

Le ministère syrien des affaires étrangères a par ailleurs accusé le Conseil des droits de l'homme de l'ONU de «partialité» et de «manque de professionnalisme» pour avoir affirmé, dans un rapport publié le 20 décembre, que le conflit syrien était devenu «ouvertement intercommunautaire».

Alors que la Commission d'experts créée en août 2011 par l'organe onusien n'a jamais reçu le feu vert pour se rendre sur place, le ministère assure que les autorités «se sont tenues à (leur) disposition à plusieurs reprises pour leur permettre de prouver leur objectivité». «Malheureusement la Commission a raté toutes ces occasions», déplore la diplomatie syrienne.

La Syrie a basculé dans la guerre civile après la militarisation du mouvement de contestation violemment réprimé par le régime après son lancement en mars 2011. Les combats opposent désormais les soldats à des déserteurs aidés par des civils ayant pris les armes mais aussi des jihadistes venus de l'étranger.

«Réduit allaouite»

Les troupes du régime ont été chassées de larges zones du nord et de l'est et tentent de sécuriser un axe allant du sud du pays jusqu'au pays alaouite sur la côte ouest, la région natale de Bachar al-Assad, en passant par Damas et sa périphérie.

Selon la politologue Agnès Levallois, spécialiste du Moyen-Orient, le président syrien cherche à garder «une partie du territoire: Damas, le noeud stratégique de Homs (centre), et de fait la voie vers la montagne alaouite» reliant Lattaquié à Tartous.

Premiers missiles Patriot

Dans ce contexte, les premiers missiles Patriot sol-air de l'OTAN destinés à protéger la Turquie contre d'éventuelles menaces syriennes sont arrivés en Turquie, a annoncé vendredi l'armée américaine. Ils ne seront toutefois pas immédiatement opérationnels. Des soldats américains et du matériel supplémentaire sont attendus dans le courant du mois. (ats)

Ton opinion