Actualisé 04.03.2013 à 14:28

SyrieOffensive majeure du régime à Homs

Les forces syriennes menaient lundi une offensive majeure pour s'emparer des quartiers sous contrôle rebelle dans la ville de Homs (centre).

«Il s'agit des combats les plus violents depuis des mois et il y a des dizaines de morts et de blessés parmi les assaillants», selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'armée, épaulée par les miliciens pro-régime des Forces de défense nationale, a attaqué le centre de Homs, où des rebelles sont retranchés, en particulier dans la Vieille ville et les quartiers de Jourat al-Chayah, Khaldiyé et Karabis.

La ville est surnommée par les rebelles «capitale de la révolution» car c'est à Homs, qui comptait 800'000 habitants avant le conflit, que le soulèvement contre le régime de Bachar al-Assad a été le plus intense avant que l'armée ne reprenne le contrôle d'environ 80% de l'agglomération.

Et c'est dans cette ville - qui compte environ 25% d'alaouites, 65% de sunnites et 8% de chrétiens - que les haines entre alaouites, confession de M. Assad, et sunnites sont les plus fortes.

Plus au nord

Plus au nord, dans la ville de Raqa sur l'Euphrate, près de la frontière turque, des combats avaient lieu entre rebelles et soldats, a précisé l'OSDH.

L'armée a lancé des raids aériens sur la prison centrale de Raqa, prise par le Front jihadiste al-Nosra et d'autres groupes rebelles qui avaient libéré «des centaines» de détenus, selon la même source.

En temps normal, Raqa compte 240'000 habitants, mais plus de 800'000 déplacés sont venus s'y installer depuis le début du conflit.

A Alep (nord), l'armée tentait lundi de reprendre la mosquée des Omeyyades, tombée la semaine dernière aux mains des rebelles, et les insurgés ont lancé une nouvelle offensive contre l'aéroport militaire de Menagh, à 30 km de la ville, selon l'OSDH. En outre, les insurgés ont fait sauter un pont au sud-est d'Alep pour empêcher l'arrivée de renforts vers le principal aéroport.

La journée de dimanche a elle été la plus meurtrière pour les combattants depuis le déclenchement de la révolte contre le régime en mars 2011, avec 115 soldats et 104 rebelles tués, selon l'OSDH.

Raqa sous contrôle quasi-total des rebelles

Les rebelles syriens se sont emparé lundi pour la première fois de la capitale d'une province en prenant le contrôle quasi-total de la ville de Raqa, dans le nord du pays, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Quelques poches de résistance subsistent.

«Il y a encore quelques foyers de résistance de la part des forces du régime, en particulier le siège de la sécurité militaire et le bâtiment du parti Baas. Les combats se poursuivent», a affirmé l'OSDH, qui s'appuie sur un réseau de militants et de sources médicales.

«Dans les prochaines heures, Raqa sera la première capitale d'une province qui sera hors du contrôle du régime», a déclaré l'OSDH, basé en Grande-Bretagne et proche des insurgés. Selon lui, ce sont les jihadistes du Front al-Nosra, alliés à d'autres groupes, qui combattent dans la ville.

Statue d'al-Assad détruite

Une statue de Hafez al-Assad, prédécesseur et père de l'actuel président Bachar al-Assad, a été détruite. Des informations font état de la mort d'un chef de la police et de l'arrestation de deux autres hauts responsables de la sécurité d'Etat et de la sécurité politique, a précisé l'OSDH.

L'ONG a ajouté que le chef de la sécurité d'Etat avait été transféré en Turquie. Ces informations sont difficiles à confirmer en raison de l'absence de sources indépendantes.

Située sur l'Euphrate, près de la frontière turque, la ville de Raqa compte 240'000 habitants, mais plus de 800'000 déplacés sont venus s'y installer depuis le début du conflit en mars 2011.

Ces dernières semaines, les rebelles avaient coupé toutes les voies d'approvisionnement en armes et en renforts de l'armée vers la ville. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!