Actualisé 25.02.2011 à 11:00

Eglise réformée d'Oberwil (BL)Office religieux pour Matthias Schepp

Un office religieux en hommage au père des jumelles disparues a débuté vendredi, vers 11h, dans l'Eglise réformée d'Oberwil, dans le canton de Bâle-Campagne.

de
cbx/pti

C'est sous un ciel gris et bas que la famille et les proches de Matthias Schepp ont rendu un dernier hommage au père des deux fillettes disparues le 30 janvier. L'Eglise réformée d'Oberwil, proche de la commune d'origine de cet homme domicilié à Saint-Sulpice (VD), était sous bonne garde pour cet office religieux prévu à 11 heures. Deux policiers étaient présents pour filtrer les entrées sur le parvis.

Selon un journaliste de «20 minutes» sur place, une quarantaine de personnes se sont présentées à l'une des deux entrées de l'église. Si des fleurs ont été apportées, aucun cercueil n'a été aperçu. Aussi, selon nos informations, Matthias Schepp aurait pu être incinéré ou enterré avant cette cérémonie.

Une demi-douzaine de journalistes de médias suisses et italien se trouvaient sur place. Ils n'étaient pas autorisés à pénétrer dans l'enceinte et à prendre des photos ou filmer dans l'église elle-même.

Personnalité introvertie

Matthias Schepp, père des jumelles suisses disparues, est présenté par les enquêteurs et ses proches comme un homme «introverti» et «très près de ses enfants» qui n'aurait pas supporté la volonté de sa femme de divorcer.

Cet ingénieur de 43 ans, qui travaillait chez Philip Morris tout comme sa femme, est présenté comme «quelqu'un d'extrêmement introverti qui avait peu de vie sociale» par la police suisse, pour qui «ces aspects-là n'aident pas à la résolution de cette affaire».

«Amateur de mer, il était plutôt de bon milieu, vivant bien, famille normale, très près de ses enfants, très sérieux mais qui a mal supporté manifestement l'intention de sa femme de divorcer», a résumé le procureur de Marseille, Jacques Dallest. (cbx/pti/20 minutes/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!