Rallye: Ogier dans l'attente, Lappi dans un rêve

Actualisé

RallyeOgier dans l'attente, Lappi dans un rêve

Après la sortie de route de vendredi, le copilote de Sébastien Ogier est à l'arrêt. En WRC2, Lappi est proche d'un premier titre.

Le Français Sébastien Ogier est son copilote Julien Ingrassia n'ont pas pris part à la course samedi. (Samedi 29 juillet 2017)

Le Français Sébastien Ogier est son copilote Julien Ingrassia n'ont pas pris part à la course samedi. (Samedi 29 juillet 2017)

AFP

Le sort du Français Sébastien Ogier (M-Sport/Ford) dans le Rallye de Finlande était suspendu samedi soir à l'état de santé de son copilote Julien Ingrassia, alors que le Finlandais Esapekka Lappi (Toyota) voyait se profiler sa première victoire en WRC.

Légère commotion cérébrale

Arrêté depuis une violente sortie de route dans la quatrième spéciale vendredi, le quadruple champion du monde n'a pas pris le départ samedi, Ingrassia souffrant d'une légère commotion cérébrale et de douleurs à l'abdomen.

Les responsables médicaux de la course et de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) ont en effet décidé que celui-ci ne pourrait pas prendre part à des compétitions pendant quinze jours sans examen préalable.

Ils ont toutefois accepté de réévaluer cette décision samedi soir, pour permettre éventuellement au duo de prendre quelques points précieux dans la course au titre mondial dans la power stage dimanche.

Alors que se joue la neuvième manche sur treize cette saison, le leader au classement des pilotes ne compte en effet que onze points d'avance sur son premier poursuivant, Thierry Neuville.

Guère satisfait des performances de sa Hyundai ce week-end, le Belge avait tout de même progressé à la sixième place samedi soir, à la faveur des déboires de plusieurs concurrents, alors qu'il était huitième vendredi soir.

Si le classement demeurait inchangé à l'issue des quatre courtes spéciales de dimanche (33,84 km en tout), Neuville engrangerait au minimum huit points, alors que quinze sont à attribuer dans la power stage (5 pour le premier, 4 pour le deuxième, 3 pour le troisième, 2 pour le second et 1 pour le cinquième).

«Je ne sais pas ce qui est possible désormais, mais l'objectif est le top 5», disait-il samedi soir.

Vidéo de la sortie de route d'Ogier et Ingressa

Lappi qui chante

Pour Lappi, champion du monde WRC2 l'an dernier, l'attente samedi soir était d'un autre ordre: il était tout près de remporter son premier rallye dans la catégorie reine. Qui plus est sur les routes qui l'ont fait rêver enfant.

Le pilote de 26 ans n'est pas du genre à perdre son temps. Il a disputé sa première course avec Toyota au Portugal, remporté sa première spéciale dès le rallye suivant, en Sardaigne, et mené au général dès le quatrième essai, en Finlande.

Samedi, pourtant, il était moins rapide que son coéquipier et compatriote Jari-Matti Latvala, vainqueur des cinq premières spéciales du jour, ce qui lui avait permis de reprendre les commandes du rallye.

Mais une panne dans l'ES19 a brisé ses espoirs de quatrième victoire dans l'épreuve et redonné sa chance à Lappi.

«Je suis déçu pour Jari-Matti mais ça n'est pas de ma faute si sa voiture a cassé, je dois donc profiter du moment, c'est quelque chose d'incroyable!», a-t-il réagi, fair-play. «Je dois me concentrer et garder la tête froide et une bonne vitesse tout le temps.»

Deux autres Finlandais, Teemu Suninen (M-Sport/Ford) et Juho Hänninen (Toyota) complètent le podium provisoire, talonnés par le Britannique Elfyn Evans (M-Sport/Ford). Les trois pilotes se tiennent en moins de six secondes.

Si les choses en restaient là, ce serait le premier triplé national depuis 1997, alors que 54 des 66 éditions ont été remportées par des locaux.

Bien connaître ces routes ultra-rapides où la moindre erreur peut être fatale est un avantage certain. Ça n'est pas chez Toyota qu'on dira le contraire! Les Yaris sont fabriquées à 10 kilomètres du parc d'assistance de Jyväskylä (centre) et ne manquent donc pas d'expérience en essais sur ce terrain. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion