Justice: Olivier Jornot veut mieux punir la récidive
Actualisé

JusticeOlivier Jornot veut mieux punir la récidive

Suite aux agressions ayant frappé deux femmes à Genève, le futur Procureur général entend s'attaquer fermement aux délinquants récidivistes.

par
Henri Della Casa
Le libéral-radical Olivier Jornot entrera en fonctions le 1er avril.

Le libéral-radical Olivier Jornot entrera en fonctions le 1er avril.

«Je requerrai des peines qui montrent aux récidivistes que, cette fois, ça suffit!». Olivier Jornot veut tout mettre en œuvre pour augmenter la sévérité des sanctions visant les auteurs de délits sériels. Suite aux violentes agressions dont ont été victimes deux femmes dans les communes de Chêne-Bourg et Chêne-Bougeries, le futur procureur général insiste sur le fait que le prévenu récidiviste doit clairement comprendre la gradualité des peines voulues par le Ministère public.

Comme «20 minutes» le révèle dans son édition de mercredi, les auteurs de l'attaque à domicile d'une femme âgée de 79 ans, samedi soir à Chêne-Bourg, cumulent à eux deux 21 condamnations et quarante-deux mois de prison ferme pour des actes de brigandage et de lésions corporelles entre autres. Sans vouloir s'exprimer sur la conduite du Parquet avant son entrée en fonction le 1er avril prochain, le futur magistrat estime que les cas de ce type sont emblématiques: «Même si l'aggravante de la récidive a disparu du code pénal en 2007, la justice ne doit pas accepter que des individus s'enracinent dans la délinquance».

«Sanctionner ceux qui se moquent des avertissements»

Revenant sur l'impossibilité d'expulser des délinquants multirécidivistes faute d'accord de réadmission avec leur pays d'origine, Olivier Jornot précise encore que «les renvois ne sont plus ordonnés par la justice depuis 2007, mais bien par les autorités administratives. C'est donc aux autorités politiques d'abord de rappeler ce problème à la Confédération. Pour ma part, je les appuierai sans relâche, notamment en faisant remonter notre situation genevoise lors des réunions de la Conférence suisse des autorités de poursuite».

Enfin, le futur chef du Parquet ne croit pas qu'il y ait «une astuce» pour régler le problème des multirécidivistes, qui gangrène le climat de sécurité à Genève depuis de nombreuses années. «Requérir des peines sévères en fonction de la gravité de l'acte, et sanctionner plus lourdement ceux qui se moquent des avertissements, feront partie de mes objectifs quand j'aurai pris mes fonctions».

Ton opinion