Israël: Olmert annonce sa démission au conseil des ministres
Actualisé

IsraëlOlmert annonce sa démission au conseil des ministres

Le Premier ministre israélien, Ehud Olmert, impliqué dans des affaires de corruption, a annoncé dimanche sa démission.

Il a passé le flambeau à la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni. Cette dernière espère lui succéder le plus vite possible.

«J'ai décidé de quitter mes fonctions en tant que premier ministre du gouvernement israélien», a déclaré devant les journalistes Ehud Olmert à l'ouverture du conseil des ministres hebdomadaire.

«Je souhaite que Tzipi Livni réussisse à former un gouvernement le plus vite possible selon la composition qu'elle choisira», a ajouté M. Olmert. Mme Livni a succédé à Ehud Olmert à la tête du Kadima, le parti au pouvoir, après sa victoire lors des primaires organisées mercredi.

Gouvernement de transition

M. Olmert n'a toutefois pas précisé quand il allait remettre sa lettre de démission au président Shimon Peres. Ce n'est qu'à la réception de cette lettre que le processus de succession s'enclenchera officiellement. En attendant la désignation d'un nouveau premier ministre ou la tenue d'élections anticipées, il demeurera à la tête d'un gouvernement de transition.

Pour sa part, le président disposera à partir de la réception de sa lettre de démission d'un délai de sept jours pour consulter les chef des 13 partis représentés au parlement et désigner le député le mieux placé pour tenter de former un gouvernement.

En tant que chef du Kadima, Mme Livni a toutes les chances d'être choisie pour accomplir cette mission. Dans ce cas, elle aura 42 jours pour présenter un gouvernement, faute de quoi des élections anticipées devraient être organisées dans les 90 jours.

Possible retard

La passation de pouvoirs pourrait toutefois subir un retard au démarrage. M. Peres devait quitter Israël lundi soir pour se rendre à New York afin de prononcer un discours à l'occasion de l'Assemblée générale des Nations unies. Il doit rentrer en Israël dimanche prochain.

Selon les commentateurs, Shimon Peres risque de ne pas avoir le temps de consulter tous les chefs de parti avant son départ, qui pourrait être retardé de quelques heures, voire annulé.

De son côté, Mme Livni n'a pas attendu le feu vert présidentiel pour entamer des consultations informelles. Elle s'est prononcée pour le maintien de la coalition sous sa forme actuelle qui comprend outre le Kadima, le parti travailliste, les ultra- orthodoxes du Shass et le parti des retraités.

(ats)

Ton opinion