Actualisé 12.08.2008 à 12:42

Proche-OrientOlmert propose un retrait israélien de 93 % de la Cisjordanie

Le premier ministre israélien Ehud Olmert a proposé au président palestinien Mahmoud Abbas un projet d'accord prévoyant un retrait de 93 % de la Cisjordanie, affirme mardi le quotidien israélien «Haaretz».

Cette information a été démentie par l'Autorité palestinienne.

Selon le journal, M. Olmert a soumis à M. Abbas un projet d'»accord de principe» détaillé portant sur les frontières d'un futur Etat palestinien, sur le sort des réfugiés palestiniens et sur des arrangements de sécurité.

Ce document prévoit un retrait israélien de 93 % de la Cisjordanie. En échange des 7 % de cette région qu'Israël entend conserver afin d'annexer les grands blocs d'implantations où vivent la majorité des 250 000 colons israéliens, Israël transfèrera des terres aux Palestiniens près de la bande de Gaza.

Les Palestiniens recevraient ainsi l'équivalent de 98 % de la superficie totale de la Cisjordanie. Ils disposeraient également d'un libre passage entre la bande de Gaza et la Cisjordanie sans contrôle de sécurité israélien.

Le porte-parole de M. Olmert, Mark Regev, s'est refusé à faire le moindre commentaire sur cette information. Il a, en revanche, souligné que lors de «négociations en cours avec les Palestiniens, des progrès ont été enregistrés sur plusieurs sujets en particulier sur les frontières».

Le négociateur palestinien Saëb Erakat a pour sa part affirmé que l'information du «Haaretz» était «dénuée de tout fondement». «Il s'agit de demi-vérités utilisées par les Israéliens comme ballons d'essai pour rejeter sur l'Autorité palestinienne la responsabilité d'un éventuel échec des négociations», a-t-il ajouté.

Retrait «total»

«Nous ne sommes pas dans un bazar. Nous voulons un retrait israélien total des territoires occupés en 1967 y compris Jérusalem et un règlement de toutes les questions du statut final conformément à la légitimité internationale», a-t-il poursuivi. Par ailleurs, le «Haaretz» a indiqué qu'une fois l'accord accepté, les autres implantations situées au-delà de la future frontière seront évacuées.

Sur le dossier des réfugiés, M. Olmert a rejeté le «droit au retour». Le projet prévoit aussi une «formule complexe» pour régler ce dossier, ajoute le journal. A propos de l'avenir de Jérusalem- est dont les Palestiniens veulent faire leur capitale, MM. Olmert et Abbas ont convenu de reporter les discussions, affirme le «Haaretz».

Le quotidien souligne également que M. Olmert souhaite la conclusion d'un accord de principe tant qu'il est en fonction. Le premier ministre, impliqué dans une série d'affaires de corruption, a annoncé son intention de démissionner une fois son successeur élu à la tête du Kadima, son parti, lors de primaires prévues le 17 septembre.

M. Olmert devrait toutefois rester au pouvoir pendant plusieurs mois, selon les commentateurs en attendant de passer la main ou la tenue d'élections anticipées.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!