Vernier (GE): Ombre toujours plus forte sur les lumières de la ville
Actualisé

Vernier (GE)Ombre toujours plus forte sur les lumières de la ville

La 2e municipalité du canton planifie une vaste diminution de son éclairage public, pour notamment réduire sa consommation d'énergie.

par
David Ramseyer
L'éclairage dans la cité des Avanchets (Vernier/GE) devrait être bien plus réduit à l'avenir.

L'éclairage dans la cité des Avanchets (Vernier/GE) devrait être bien plus réduit à l'avenir.

Keystone/Yannick Bailly

«Les premiers retours que nous avons reçus sont positifs et il n'y a pas eu de catastrophe. Clairement, la récente action "La Nuit est belle" nous conforte de notre projet de réduction drastique de l'éclairage public», appuie le conseiller administratif Yvan Rochat. Septième commune la plus peuplée de Suisse romande, Vernier (GE) planche depuis plusieurs mois sur des mesures d'économie d'énergie et de lutte contre la pollution lumineuse. Le magistrat Vert voit dans l'extinction des réverbères du Grand Genève, le 26 septembre dernier, «un soutien à la dynamique de notre plan à grande échelle», qui comporte trois volets distincts.

Pas le noir absolu

Vernier ne prévoit pas d'imposer un blackout total sur l'ensemble de son territoire. Néanmoins, certaines zones villas ou industrielles pourraient plonger dans le noir. «Mais nous devons au préalable avoir des discussions avec les personnes concernées», prévient Nathalie Rossier, responsable de la gestion de l'énergie à la commune.

Même si la municipalité a recueilli «des signaux plutôt positifs de la part des entreprises, après "La Nuit est belle", la haut fonctionnaire voit quelques freins possibles à une suppression de l'éclairage public dans le périmètre industriel verniolan: «Certaines sociétés ont des horaires différenciés et le personnel finit le travail tard le soir. D'autres conservent dans leurs locaux des produits de valeur qui nécessitent peut-être des mesures particulières de sécurité».

Des détecteurs de mouvement

Second volet du plan municipal: l'éclairage modulable. S'il est déjà en place dans certains secteurs, la commune prévoit d'étendre ce dispositif qui réduit de 20% à 50% l'intensité lumineuse des réverbères, la nuit. La cité des Avanchets, qui compte plusieurs milliers d'habitants, est notamment concernée.

Enfin, l'implantation d'un système de détecteur de présence, qui allume et éteint les lampadaires au gré des passages dans la rue, est à l'étude avec les Services industriels de Genève. «Pareil dispositif pourrait ainsi être installé dans les zones piétonnes et cyclables, là où le flot de voitures reste faible», précise Nathalie Rossier.

L'ensemble de ces mesures, qui nécessiteront évidement de dialoguer avec la population, devraient partiellement se concrétiser d'ici fin 2020.

Nouvelles mesures en Ville de Genève

Des éclairages plus doux, placés plus près du sol, illuminent désormais la place Neuve. C'est une des dernières réalisations du plan lumière de la Ville de Genève, qui date de 2009. Celui-ci est désormais en révision. De nouvelles dispositions devraient entrer en vigueur l'été prochain. Un des volets concernera le rôle des privés, soit l'éclairage des vitrines de magasins ou encore des allées d'immeubles. "On ne va pas tout éteindre, précise Florence Colace, architecte éclairagiste de la Municipalité. Il faut adapter les lumières en fonction des usages, dans chaque quartier."

De son côté, le Canton dévoilera ces prochaines semaines son bilan de l'action "La Nuit est belle", qui s'annonce globalement positif.

Ton opinion