Actualisé

OMC: Royal veut en finir avec les «déclarations de principe»

Dans les négociations en cours à l'OMC, Ségolène Royal a jugé «urgent» samedi de sortir des «déclarations de principe» pour «obtenir des résultats» et faire en sorte que la France «obtienne impérativement de ne plus faire de concessions» sur son agriculture.

Elle a aussi plaidé pour une réforme «assez rapide» de la PAC.

«Aujourd'hui, il y a des déclarations de principe, mais il va falloir obtenir des résultats et faire en sorte que la France obtienne impérativement de ne plus faire de concessions pour protéger son agriculture», a pressé la candidate socialiste à la présidentielle lors d'une visite de deux heures et quarante-cinq minutes au Salon de l'agriculture, à Paris. Les négociations à l'Organisation mondiale du commerce sont un problème «extrêmement chaud, extrêmement urgent», a-t-elle jugé.

Samedi dernier, le président Jacques Chirac s'en était pris au commissaire européen au Commerce Peter Mandelson, accusé de faire trop de concessions aux Etats-Unis et aux pays émergents. «Je suis sur cette ligne d'exigence», avait appuyé le candidat UDF François Bayrou lors de sa visite à la «plus grande ferme de France». Quant au candidat UMP Nicolas Sarkozy, il a demandé vendredi un changement des règles de négociations à l'OMC pour que le président du Conseil européen, et non un commissaire, représente les Vingt-Sept.

Ségolène Royal a par ailleurs plaidé samedi pour une réforme de la Politique agricole commune. «Elle va être difficile et il va falloir la mettre en place assez rapidement pour que les agriculteurs puissent anticiper», a-t-elle expliqué. Selon Bruno Rebelle, son conseiller à l'environnement, elle envisage d'»utiliser le rapport d'étape» prévu sur la PAC au niveau européen en 2008 «pour engager la renégociation», en vue de la fin de la sanctuarisation du budget de la PAC en 2013.

Toujours selon son conseiller, la candidate du PS a abordé cette question avec Angela Merkel à Berlin mardi, alors que «la France et l'Allemagne n'ont pas toujours été sur la même position»': elle lui a «expliqué la différence entre s'arc-bouter sur une PAC inchangée qui a dressé l'ensemble des pays européens contre la France et une renégociation de la PAC», a rapporté M. Rebelle, dans une flèche à Jacques Chirac.

L'ancien leader de Greenpeace a pointé à ce sujet les «vagues propositions» de François Bayrou et a accusé Nicolas Sarkozy de vouloir le statu quo en matière d'aides agricoles, au risque de 'laisser le démantèlement s'opérer».

Enfin, invitée à dresser le bilan du président Jacques Chirac dans le domaine agricole, Ségolène Royal a dit «reconnaître qu'il a quand même un bon contact avec les agriculteurs. Il aime ça, moi aussi d'ailleurs».

Pour autant, «tous les chantiers sont devant nous, rien n'est réglé», a-t-elle noté, citant l'OMC et la réforme de la PAC. Comme le président sortant, la présidente de la région Poitou-Charentes a caressé de nombreuses vaches et tenu un agneau dans ses bras durant sa visite au Salon de l'agriculture. Assise au beau milieu d'une tablée d'éleveurs, elle a même dégusté un steak de charolais «à point» en guise de petit déjeuner dès 8h, trinquant avec eux au vin rouge Héritage 2005 du Haut-Poitou. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!