Evolution de la pandémie – «Omicron est une aubaine pour renforcer l’immunité de groupe»

Publié

Evolution de la pandémie«Omicron est une aubaine pour renforcer l’immunité de groupe»

Pour le Dr Alessandro Diana, le variant Omicron devrait signer la fin de la pandémie. Un schéma vaccinal de trois doses est suffisant.

par
Maria Pineiro
Le Dr Alessandro Diana est vaccinologue.

Le Dr Alessandro Diana est vaccinologue.

dr

Fin décembre, alors que la vague Omicron montait en puissance, Israël a annoncé lancer la 4e dose de vaccin pour les personnes de plus de 60 ans ou vulnérables, ainsi que les soignants. La question s’est posée de savoir si ce pays, précurseur en termes de vaccination, allait être suivi par d’autres comme cela s’était notamment produit pour la troisième dose. Mi-janvier, Israël a indiqué que les effets de la quatrième dose contre les infections étaient décevants. Le débat est-il clos pour autant? Entretien avec le Dr Alessandro Diana, vaccinologue, expert à Infovac.

A l’heure où les cas d’Omicron explosent parce qu’il échappe partiellement aux vaccins, une troisième dose est-elle utile?

Le rappel est une nécessité pour les personnes âgées ou vulnérables, moins pour les gens jeunes et en bonne santé. Nous savons maintenant que le schéma vaccinal contre le Covid-19 est de trois doses. Je conseille donc à tous une protection complète. Néanmoins, si elle est absolument nécessaire pour qui pourrait développer des formes graves de la maladie, à l’heure actuelle, il n’est pas utile d’insister auprès des jeunes hésitants, qui restent très bien protégés contre les formes graves.

Israël a débuté une campagne pour la quatrième dose. Qu’en penser?

Les Etats-Unis ont commencé à injecter dès août une troisième dose aux personnes âgées. Aujourd’hui, avec six mois de recul, on constate que la protection contre les formes graves perdure, ce qui n’était pas le cas avec la deuxième dose, dont les effets protecteurs ont commencé à s’émousser dès quatre mois. Dès lors, je ne vois pas, pour l’heure, l’utilité d’une quatrième dose, car l’objectif, ce n’est plus d’éviter l’infection, mais les cas graves. Et pour cela, le schéma vaccinal à trois doses est suffisant. Pour des raisons éthiques, il est par ailleurs plus pertinent de laisser des doses à des pays qui sont assez peu couverts.

La très haute transmissibilité d’Omicron signe-t-elle la fin de la pandémie?

Omicron, je l’adore! Nous avons eu la chance d’avoir un variant qui a supplanté Delta et qui provoque des symptômes moins graves. Cette mutation est une aubaine pour renforcer l’immunité de groupe. À terme, nous allons tous être infectés par Omicron qui, malgré une très forte contagiosité, n’a pas mis en péril nos systèmes de santé.

Au printemps passé, avec les vaccins, beaucoup ont pensé que la fin de la pandémie était proche. Aujourd’hui, il y a la crainte de voir nos espoirs douchés.

Beaucoup de monde a voulu voir la fin de la crise sanitaire il y a quelques mois. C’est légitime, nous sommes tous fatigués par la situation. Avec l’émergence de Delta, les scientifiques ont très vite tiré la sonnette d’alarme, nous avons dit que nous allions passer un mauvais hiver. Il est vrai qu’au creux de l’été, nous n’avons été que peu écoutés. Moi-même, je ne voulais pas l’entendre. Aujourd’hui, les données liées à Omicron sont complètement différentes de Delta. Sauf cygne noir, la fin de la pandémie est envisageable à moyen terme.

Omicron, je l’adore! Cette mutation est une aubaine pour renforcer l’immunité de groupe

Dr Alessandro Diana, vaccinologue

Un cygne noir?

Ce pourrait être l’émergence d’un variant plus contagieux et plus virulent, ce qui nous poserait un problème. C’est peu probable, mais nous devons rester vigilants et réactifs, car développer des vaccins spécifiques ne se fait pas en un claquement de doigts. Deux à trois mois au minimum sont nécessaires.

Les laboratoires promettent un vaccin spécifique à Omicron. Sera-t-il nécessaire?

Compte tenu du fait que ce dernier variant ne semble pas mettre notre système de santé en danger, je ne pense pas qu’une dose Omicron soit utile dans l’immédiat. Préserver le système de santé est le critère le plus important. Avec Omicron, ce besoin est amoindri, puisque le virus est moins virulent. Néanmoins, si ce variant perdure, peut-être sera-t-il profitable de se vacciner avec un sérum spécifique.

Ton opinion

74 commentaires