Actualisé 29.03.2020 à 17:10

Football

On a retrouvé le gagnant de la C1 avec le SLO

«The Kouyate Kid», l'homme qui a permis au Stade Lausanne-Ouchy de soulever la coupe de la Ligue des Champions en 2041 dans Football Manager, nous a accordé un entretien très exclusif.

de
Sport-Center
DR

Il a fallu prendre son mal en patience, mais nous avons réussi à percer le mystère. Mardi, dans nos colonnes, nous vous contions l'épopée de «The Kouyate Kid», joueur émérite de la simulation d'entraîneur de foot, qui avait emmené le club des rives du Léman sur le toit de l'Europe, battant le Real Madrid à Old Trafford en finale... dans 21 ans. Nous avons fini par le retrouver et l'histoire est savoureuse.

Celui qui se cachait sous un pseudo sur Twitter s'appelle Matt, il est Londonien et il a 38 ans. Mais quelle mouche a bien pu le piquer, pour qu'il se retrouve aux commandes du Stade Lausanne-Ouchy, lui, le Britannique? «En fait, je voulais prendre une Ligue faible, sans vouloir vous offenser, nous a-t-il répondu. Et aussi un des clubs les plus faibles Je voulais un gros challenge, parce que je trouve toujours Football Manager facile.»

Bon, jusque-là ça pique un peu, mais quel est son secret? «Je joue dans un 4-2-3-1 large. Ensuite, pour construire mon équipe, j'ai commencé par prendre de jeunes Anglais et Allemands en prêt, mais c'était dur de les remplacer tous les étés. Ensuite, j'ai commencé à acheter des joueurs très peu chers, avant d'essayer de les revendre avec un bénéfice. J'ai engagé beaucoup de joueurs gratuits qui ont progressé et j'ai commencé à pouvoir les garder», analyse l'Anglais.

Mais tout ça doit bien se financer. Quand on connaît les limites initiales de la formation entraînée «en vrai» par Andrea Binotto – forcément les mêmes dans ce jeu très réaliste – ce n'est pas une sinécure. «Je n'arrête pas de demander à mon comité directeur d'agrandir mon stade, rigole Matt. Aujourd'hui, il est de 16'000 places.» Une enceinte virtuelle plus grande que le futur Stade de la Tuilière, donc.

Forcément, une telle épopée a donné à ce futur quarantenaire l'envie d'en savoir plus sur le SLO. «Oui, j'ai commencé à suivre l'équipe réelle. Comme je suis fan de Crystal Palace, je sais ce que c'est que de ne jamais rien gagner. Donc c'était particulièrement bon pour moi de mettre sur le toit de l'Europe une petite formation qui n'aurait jamais eu la chance de soulever une Coupe dans la vraie vie.» Ça vaut bien une invitation VIP à la Pontaise la saison prochaine, non?

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!