The Two Romans: «On adore les mélodies pop et l’énergie du rock»
Actualisé

The Two Romans«On adore les mélodies pop et l’énergie du rock»

The Two Romans a sorti vendredi 24 avril 2020 «Everything.Now». Ce premier album ravira les fans de mélodies fortes.

par
Fabien Eckert

L’histoire de ces deux frangins romains est unique. Sam a débarqué dans l’Oberland bernois en 2004, suivi par Mattia en 2009. Ils venaient pour y trouver un meilleur avenir qu’à Rome. C’est grâce à la musique qu’ils sont en train d’y parvenir. Après plusieurs EP, leur premier album vient d’arriver et confirme que The Two Romans est un des combos les plus prometteurs du pays.

Que veut dire le titre de l’album, «Everyhing.Now»?
Mattia: C’est en lien avec notre société du «tout, maintenant». Tu achètes sur le Net, ça doit être là le jour-même. Idem pour le succès. On le veut le plus vite possible alors que la route pour l’atteindre vaut la peine d’être vécue.

Votre album est pop-rock. Ce style a bercé votre enfance?

Mattia: Pas du tout! Notre mère préfère le silence.

Sam: On a toujours privilégié les mélodies à un style. Peut-être à cause de notre langue maternelle qui est très chantante. On adore les mélodies pop très fortes et l’énergie du rock, surtout en live.

Mattia: La mélodie est reine. Une chanson doit pouvoir être jouée uniquement à la guitare avec nos deux voix.

Deux mots sur les paroles?

Sam: Elles parlent des relations. L’humain n’est pas fait pour être seul. On a besoin de nos semblables et de contacts face à face. Dans cette période, on le réalise d’autant plus.

Justement, vous avez lancé le Swiss Sofa Festival en ligne au début du confinement.

Mattia: On l’a mis sur pause. On réfléchit à autre chose.

Sam: On veut continuer de faire quelque chose avec les artistes à travers le röstigraben. Des gens nous ont dit qu’ils avaient adoré découvrir des groupes qui n’étaient pas de leur région linguistique. Il y a donc du potentiel. On a fait une session d’écriture en mars 2020 avec Aliose, qui est bien connu chez vous mais inconnu chez nous. A l’inverse, Baschi est énorme en Suisse allemande et personne ne le connait en Suisse romande. C’est triste.

Ton opinion

1 commentaire