Actualisé 19.12.2012 à 09:12

LNA

«On aura besoin d'être prêts au bon moment»

L'attaquant américain du HC Bienne n'a pas encore complètement vaincu le décalage horaire. Il a pourtant inscrit deux buts mardi soir contre Kloten (défaite 4-3 tab).

de
Jean-Philippe Pressl-Wenger, Bienne

Patrick Kane, qu'avez-vous fait de vos quelques jours aux Etats-Unis durant la pause des équipes nationales ?

Je suis retourné à Chicago pour rendre visite à deux ou trois personnes. Logiquement, je suis allé patiner avec mes coéquipiers des Blackhawks et j'ai également passé du temps dans la salle de force. J'en ai aussi profité pour me relaxer et pour passer des moments tranquilles à la maison.

Pas trop atteint par le décalage horaire ?

Un peu. Je suis rentré lundi, mais les deux premiers jours sont toujours les plus pénibles, alors j'espère pouvoir récupérer un peu de sommeil dans les nuits à venir pour me remettre dans le rythme.

Comment vous êtes-vous senti sur la glace mardi?

C'est bien allé, j'ai ressenti un peu de fatigue en fin de partie, mais ça va se régler assez vite, dès que j'aurai digéré le décalage horaire.

Les discussions concernant le lock-out en NHL ne semblent pas trop avancer. Vous suivez de près tout ce qui se passe, n'est-ce pas ?

Oui, évidemment, on se tient au courant chaque jour de ce qui se passe.

Quel est votre avis sur l'issue du conflit ?

C'est difficile à dire de quel côté cela va pencher. Je sais que les choses n'ont pas l'air d'aller très fort pour le moment, mais je sais aussi qu'en un seul instant tout peut basculer et que la NHL peut reprendre bientôt. Alors j'essaye de rester positif et optimiste. On espère tous que cela reprenne bientôt.

Comment évaluez-vous Bienne cette saison ?

On a une bonne équipe. On a juste besoin que toutes les pièces soient à la bonne place. Et on possède aussi un très bon gardien, ce qui devrait nous permettre d'atteindre les play-off. On aura besoin d'être prêts au bon moment, et on verra bien ce qui se passera.

Si Patrick Kane a pu profiter d’une nuit de sommeil avant de sauter sur la glace, cela n’a pas été le cas de son coéquipier Tyler Seguin. Le Canadien, au moment de reprendre le chemin de l’Europe, s’est trouvé coincé à Toronto en raison de conditions météorologiques défavorables. Il a ainsi manqué son avion pour Zurich et a dû rejoindre le Vieux Continent et la Suisse via Dublin (Irl). Volontaire mais moins tranchant que d’habitude contre Kloten, il n’a clairement pas pu donner sa pleine mesure, mardi.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!