Actualisé 16.07.2014 à 09:58

Chevilly (VD)

«On croyait croquer dans une motte de terre»

La source d'eau potable a été contaminée par des matières fécales il y a quinze jours à la suite d'un incendie. Et les conduites de secours étaient inutilisables.

de
Laurent Morel
La commune a mis à disposition des bouteilles deau minérale.

La commune a mis à disposition des bouteilles deau minérale.

«En buvant, on avait l'impression de croquer dans une motte de terre.» Cette habitante de Chevilly en sourit, pourtant elle a eu mal au ventre durant deux jours à son retour de vacances. «Sous la douche, l'eau sentait la fumée», poursuit-elle. Une autre personne était embêtée en se réveillant une nuit: le précieux liquide de son robinet imbuvable, elle n'avait rien sur quoi se rabattre.

Depuis l'incendie qui a vu quatre veaux périr dans une ferme de Mont-la-Ville le 29 juin, l'eau est souillée dans le village voisin, séparé uniquement par une forêt. Les milliers de litres déversés par les pompiers seraient en cause, selon les premières hypothèses du Service de la consommation du canton, qui a confirmé la présence de bactéries d'origine fécale. «L'eau a dû s'infiltrer dans les conduits souterrains menant à notre source, emportant tout ce qui se trouvait sur son passage (ndlr: dont éventuellement du purin)», lâche le syndic, Jean-François Braissant. Et les importantes pluies des jours suivants n'ont pas aidé.

Quant au raccordement de secours sur une canalisation de Lausanne, il était inutilisable. La faute à une portion de tuyau manquante. «Il était prévu de la tester d'ici à la fin de l'année», soupire le syndic. Chevilly projetait par ailleurs un branchement sur le réseau de Moiry, mais la démarche n'a pas encore abouti. Seule une conduite provisoire a tout de même pu être installée ce lundi, car l'eau devrait rester contaminée encore plusieurs semaines.

Une à deux contaminations par année

«On a demandé par mesure de précaution que l'eau soit cuite, précise Eric Raetz, inspecteur cantonal des eaux. Les personnes avec un système immunitaire plus faible sont exposées.» Aucun malade ne serait toutefois à déplorer, selon lui. Au courant dès le 1er juillet, les autorités ont d'abord tenté de forcer la dose de chlore, sans succès. Une circulaire a ensuite été distribuée et un réseau d'avertissement par SMS a été mis en place. Le Canton signale que ce genre de cas n'est pas isolé. Une ou deux contaminations sont recensées chaque année.

Chevilly, commune en mal d'or bleu

Ce n'est pas la première fois que Chevilly et ses 250 habitants connaissent un souci avec leur eau potable. En novembre 2009 notamment, la sécheresse avait forcé les autorités à couper l'eau toutes les nuits. Ce printemps, l'eau avait été coupée durant 24 heures. Une fuite dans le réservoir était en cause.

«Chevilly n'a qu'une source, alimentée par des conduits souterrains naturels, c'est plutôt rare», explique Eric Raetz. Des ingénieurs étudient actuellement la situation, selon la commune.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!