Drame de Saint-Gall: «On doit faire un emprunt pour payer l’enterrement»
Publié

Drame de Saint-Gall«On doit faire un emprunt pour payer l’enterrement»

Les enfants de l’Italienne tuée à coups de poêle début septembre à Saint-Gall s’expriment pour la première fois. Les obsèques de la quadragénaire représentent une grosse charge financière pour la famille.

par
Leo Butie/ofu
1 / 3
Les faits se sont déroulés dans un appartement saint-gallois. 

Les faits se sont déroulés dans un appartement saint-gallois.

La victime est une Italienne de 46 ans. 

La victime est une Italienne de 46 ans.

Son agresseur, un Suisse de 22 ans, souffre probablement de problèmes psychiques. 

Son agresseur, un Suisse de 22 ans, souffre probablement de problèmes psychiques.

La famille de l’Italienne tuée début septembre à Saint-Gall est toujours sous le choc. «On ne peut pas décrire ce qu’on ressent», confie la tante de la victime à «20 Minuten». Le 2 septembre, un Suisse de 22 ans s’est introduit dans un appartement de Saint-Gall et s’en est pris à la quadragénaire. Il l’a violemment battue à coups de poêle à rôtir. Il a continué à la frapper même après l’arrivée de la police. Les agents n’ont pas eu d’autre choix que de tirer plusieurs coups de feu sur lui. Sa victime a succombé un peu plus tard à l’hôpital. L’agresseur, lui, est décédé sur place.

L’Italienne, mère de trois enfants, travaillait en tant que nounou à Saint-Gall. Son fils âgé de 30 ans explique: «Notre relation était très bonne.» Il se trouve désormais en Suisse pour vider l’appartement qu’occupait sa maman. Selon lui, presque toute la famille a fait le déplacement, lundi en Italie, pour assister aux obsèques de sa mère. Sa soeur raconte qu’elle a beaucoup de peine à réaliser ce qui s’est passé. «J’étais en train de travailler au restaurant quand mon chef est venu me montrer un article de journal parlant du drame à Saint-Gall.» Selon elle, sa famille s’entendait très bien avec la famille pour laquelle l’Italienne travaillait. «Le père des enfants qu’elle gardait est venu en Italie pour l’enterrement.»

Outre l’incompréhension et la tristesse, la famille doit également faire face à des problèmes financiers. «On s’attend à des factures allant jusqu’à plusieurs milliers de francs», s’inquiète le fils. «On va devoir faire un emprunt pour pouvoir payer l’enterrement, le rapatriement et tout le reste.»

Interrogé par Tio.ch/20 minuti, l’avocat de la famille, Francesco Verri, demande aux gouvernements suisse et saint-gallois de s’occuper de ses besoins financiers, notamment en prenant en charge le rapatriement du corps de la Suisse vers l’Italie. Selon lui, les autorités auraient dû s’assurer que l’auteur, qui souffrait de problèmes psychiques, soit correctement guéri et qu’il ne soit pas laissé en liberté. L’avocat estime par ailleurs que les autorités disposaient des informations nécessaires pour prévenir le drame.

Ton opinion