Actualisé 03.08.2011 à 07:54

Super League

«On est animé par l'envie de gagner»

Sans faire de bruit, le Servette FC a bien démarré en Super League. Le secret réside dans l'état d'esprit, juge le buteur Matias Vitkieviez.

de
Oliver Dufour
Pour l'attaquant helvético-uruguayen (au centre), il était important de ne pas chambouler l'effectif.

Pour l'attaquant helvético-uruguayen (au centre), il était important de ne pas chambouler l'effectif.

Malgré un premier rendez-vous manqué contre Thoune, actuel leader (défaite 1-2), le SFC a-t-il pris ses marques?

Oui, l'équipe est mal entrée dans le championnat. Mais à part ces dix premières minutes, nous avons trouvé nos repères. Certains joueurs ne connaissaient pas la Super League.

Vous en faisiez partie. Qu'avez-vous découvert à propos de cette division?

Que les duels y sont plus durs physiquement. De manière générale, les joueurs y sont aussi techniquement bien meilleurs.

Pourtant, dimanche dernier à Berne, on n'avait pas l'impression d'une différence de niveaux entre Young Boys et Servette.

C'est une question d'état d'esprit. Ça nous motive ­encore plus de jouer à ce niveau. On donne tout.

Tout en créant du beau jeu. Le coach Joao Alves vous encourage-t-il à évoluer ainsi?

Non, c'est simplement le jeu qu'il nous a inculqué à la base. On joue comme ça. On entre toujours sur le terrain avec l'envie de gagner, mais surtout de se faire plaisir. Le fait de ne pas trop changer l'équipe ­cette saison a également aidé à poursuivre sur cette voie.

Samedi, vous recevez Lausanne (17h45), que vous avez affronté la dernière fois en Challenge League. Un rendez-vous spécial?

Un derby est toujours spécial. Nous devons le gagner pour Servette et ses supporters. Mais nous n'en faisons pas un cas. Nous disons toujours que le prochain match est le plus dur. On ne va pas changer cette façon de penser.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!