E-sport : «On est fiers de représenter la Suisse en finale mondiale»

Publié

E-sport «On est fiers de représenter la Suisse en finale mondiale»

Cinq Romands vont partir au Brésil pour tenter de remporter le plus grand tournoi d’étudiants du globe sur «Valorant». 

par
Loïc Gebhard
De gauche à droite: Thomas Gygli, Tiago Sousa, Marco Fernandes, Mussa Al Hussein, Rodrigo Constantino. 

De gauche à droite: Thomas Gygli, Tiago Sousa, Marco Fernandes, Mussa Al Hussein, Rodrigo Constantino. 

Armon Ruetz

Ils sont Genevois et Lausannois, ont entre 18 et 22 ans et représenteront la Suisse lors du plus grand tournoi estudiantin d’e-sport du monde sur «Valorant». Du 13 au 16 décembre, Thomas, Tiago, Marco, Mussa et Rodrigo se rendront ainsi à Sao Paulo (Brésil) pour disputer les finales du Red Bull Campus Clutch, qui réunissent 50 équipes nationales issues de 300 universités. Interview avec le capitaine de la team BackToBack, Marco Fernandes.

Marco, comment avez-vous décroché votre ticket pour cette finale internationale?

On a d’abord dû s’inscrire à l’un des quatre tournois de qualifications suisses, qu’on a remporté directement. Puis on a participé aux play-off nationaux à Lucerne, aux côtés de sept autres équipes, pour finalement battre les Alémaniques de SmartMix 2-0.

Armon Ruetz

Ça vous fait quoi de porter les couleurs des étudiants suisses au plus haut niveau?

Évidemment, c’est un peu une fierté de représenter son pays. Il y a aussi de l’excitation, car on n’a jamais fait de tournoi aussi prestigieux. D’autant plus qu’en 2021 on avait déjà remporté le ticket suisse, avant que le format ne soit modifié à cause du Covid, et nous prive de la finale.

Comment vous-êtes vous préparés pour la compétition?

Durant l’année, on a travaillé avec des simulateurs d’aide à la visée et on a organisé des sessions d’entraînement avec d’autres teams. En vue de la finale, comme j’étais à l’armée ces derniers temps, on a beaucoup joué les week-ends.

À quelques jours du coup d’envoi, y a-t-il de la pression?

Oui un peu, bien sûr. Mais par ailleurs on est traités comme des joueurs pros, avec billets d’avion et hôtel payés. C’est quand même le rêve! 

Ton opinion

1 commentaire